Excellents résultats des candidats néerlandophones à Bruxelles

Les résultats des élections communales de 2018, en Région de Bruxelles-Capitale, sont excellents pour les candidats néerlandophones. Tant en chiffres absolus qu'en pourcentage, les scores des candidats bruxellois flamands s'améliorent.

"C'est un des meilleurs scores jamais obtenu", a déclaré Guy Devroede, analyste pour le média BRUZZZ. "Dans les années 1980, nous avions parfois obtenu un résultat similaire. Mais à présent nous avons 12,5 % d'élus néerlandophones.

En chiffres absolus, le nombre d'élus néerlandophones passe de 78 en 2012, à 87. Pour chaque parti, il s'agit d'un progrès important, surtout pour les écologistes de Groen. Le parti des Verts compte maintenant 28 conseillers communaux. En 2012, ils n'étaient que 19.

Le parti socialiste flamand SP.A perd trois conseillers municipaux et en conserve 14. Le CD&V en perd un et en conserve 11. Statu quo pour l'Open-VLD reste avec 17 conseillers.

La grande surprise vient de la N-VA qui fait moins bien que prévu. Le parti nationaliste flamand avait 6 élus mais n’en gagne qu’un seul.  Quant au Vlaams Belang, il  a complètement disparu du paysage bruxellois, le parti d’extrême-droite perd son seul élu à Anderlecht.

Autre grande surprise c’est le bon score du PVDA, l’aile flamande du PTB, le parti d’extrême gauche passe d’un seul élu à 6 conseillers communaux, à Schaerbeek, Anderlecht et Molenbeek. Il y a aussi 4 élus néerlandophones indépendants.

Selon Guy Devroede : "Il est intéressant également d’examiner les premiers suppléants. Ils siègent lorsqu'un conseiller communal renonce à son mandat ou démissionne. Quatorze autres élus néerlandophones pourraient donc encore siéger dans les conseils communaux.

Bien entendu, les conseillers communaux néerlandophones pourraient également démissionner, et ne seraient pas alors automatiquement remplacés par une autre néerlandophone le nombre de 87 conseillers communaux Bruxellois flamands pourrait encore fluctuer.

Guy Devroede n'a pas d'explication pour ce succès, "mais nous constatons que les candidats néerlandophones bénéficiaient de bonnes places sur les listes. Ce fut certainement le cas chez Ecolo-Groen. Et ce parti s'est bien classé lui-même. Ça explique beaucoup de choses".