On négocie ferme à Anvers, Gand et Ostende

Bien qu’en léger recul par rapport à 2012, la N-VA de Bart De Wever a remporté le scrutin communal à Anvers (photo). Mais dimanche soir, l’homme fort d’Anvers a reconnu que la prolongation de sa majorité actuelle avec le CD&V et l'Open VLD était particulièrement fragile au vu des résultats engrangés. Le leader nationaliste n'exclut donc pas de recourir à un parti complémentaire, reste à savoir lequel...

Lundi matin, au micro de l'émission De Ochtend sur Radio 1 (VRT), Bart De Wever a concédé que les verts "avaient fait un bon résultat". Groen défend "certains thèmes, comme la qualité de vie, qui trouvent écho au sein de la population et contre lesquels je ne m'oppose pas", a ajouté le bourgmestre sortant.

La N-VA dit vouloir former une nouvelle coalition "le plus rapidement possible", même si à Anvers "l'eau peut couler sous les ponts de l'Escaut avant que les positions de chacun ne soient connues".

De son côté, le chef de file de Groen à Anvers, Wouter Van Besien, s’est dit prêt à écouter le bourgmestre De Wever, même s'il exclut de monter au pouvoir avec le parti nationaliste. Avec 18,1% des voix, les écologistes sont arrivés en deuxième position à Anvers, à l'issue des élections communales.

"Nous ne sommes pas candidats pour faire partie de la coalition, mais nous allons écouter ce que la N-VA a à dire", affirme Wouter Van Besien. "Bart De Wever a déclaré qu'il voulait sortir des tranchées et transcender la polarisation. C'est une bonne chose pour Anvers. Il a également dit qu'il tendait la main à Groen. Au cours des six dernières années, nous avons mis de nombreuses propositions sur la table au conseil communal, celles-ci ont toujours été balayées par la N-VA. Je suis curieux d'entendre ce que Bart De Wever a à dire", a ajouté la tête de liste de Groen.

Par conséquent, la formation écologiste ne rejette pas l'appel à la discussion lancé lundi par le bourgmestre anversois. Il est de tradition dans cette ville que la première force politique invite toutes les autres autour de la table.

Groen entend toutefois clarifier sa position: "Nous sommes le parti qui a le plus progressé à Anvers, il est donc certain que nos thèmes resteront à l'agenda", a poursuivi Wouter Van Besien. "Nous ne démarrons pas de négociations pour rejoindre une coalition, nous ne sommes pas candidats pour former une majorité avec la N-VA, mais nous écouterons ce qu'ils ont à dire". Le rendez-vous est déjà pris entre les deux partis, mais Wouter Van Besien n'a pas souhaité en dévoiler davantage.

A Gand c’est Groen qui mène la danse

A Gand, le cartel SP.A-Groen reste majoritaire avec 21 sièges mais a engrangé une perte importante, alors que l’Open VLD obtient 15 sièges et réclame le mayorat. Mathias De Clercq est le champion des voix de préférence, avec 24.058 voix dans la ville d’Artevelde. Le candidat SP.A Rudy Coddens obtient lui 17.954 voix, chez les Verts c’est Filip Watteeuw qui est le plus populaire avec 13.183 voix. Il détrône ainsi sa tête de liste Elke Decruynaere.

L’Open VLD et le CD&V ont annoncé la couleur ce lundi et ont déclaré vouloir former ensemble une coalition. Mais il leur manque un partenaire pour obtenir une majorité suffisante. Il faudrait donc que le cartel SP.A-Groen éclate.

"Nous prenons acte de cette décision", ont réagi Filip Watteeuw et Elke Decruynaere de Groen. Ils avaient indiqué plus tôt qu'ils ne feraient pas sauter le cartel avec le SP.A, de sorte que l’Open VLD et le CD&V n'obtiennent pas de majorité. "A Gand, aucune majorité n'est possible sans le cartel".

Lundi, il s'est avéré qu'au sein du cartel, c’est un Vert qui prendrait la main comme candidat-bourgmestre, après que Rudy Coddens (SP.A) ait fait un pas de côté. Le cartel progressiste a perdu cinq sièges dimanche, mais reste le plus important du conseil communal de Gand. "En tant que plus grand groupe politique, nous inviterons tous les partis démocratiques à tenir des pourparlers à partir de demain (mardi)", ont déclaré Filip Watteeuw et Elke Decruynaere.

A Ostende la situation semble bloquée

La liste communale du bourgmestre socialiste sortant Johan Vande Lanotte reste le plus grand parti à Ostende (Flandre occidentale), tout en perdant près de 10 points de pourcentage, talonné par les libéraux emmenés par Bart Tommelein qui revendique le poste de bourgmestre. C’est lui qui a remporté le plus de votes de préférence.

Bart Tommelein affirme avoir un projet de renouveau pour la ville côtière. Il a l’intention de former une nouvelle coalition avec quatre partis (Open VLD, N-VA, CD&V et Groen), mais sans la Liste communale du bourgmestre sortant.

Il a déclaré lors du JT de la VRT que "la liste du bourgmestre était la liste des vieux crocodiles, incapables d’accepter un renouveau à Ostende". Mais Bart Tommelein a besoin pour cela du soutien des écologistes. Or ceux-ci lui font une contre-proposition: ils l'acceptent comme bourgmestre mais avec les socialistes et sans la N-VA et le CD&V.

D’après Wouter De Vriendt (Groen) la seule possibilité au vu des résultats des élections à Ostende est une tripartite avec les libéraux, les socialistes et les écologistes, soit une coalition arc-en-ciel. Les Verts d'Ostende se font désirer.

Les Verts Filip Watteeuw et Elke Decruynaere à Gand
Bart Tommelein (Open VLD) et Johan Vande Lanotte (SP.A) à Ostende