Sophie Kip

Wim Dries s’allie à Pro Genk et renvoie la N-VA dans l’opposition

Le bourgmestre CD&V de Genk, Wim Dries (photo), s'est accordé lundi soir avec la liste Pro Genk pour former une coalition. Wim Dries va donc rester bourgmestre de la ville limbourgeoise, tandis que la N-VA tirée par la Secrétaire d'Etat Zuhal Demir restera dans l'opposition. Malgré sa montée de près de 10 points de pourcentage.

A Genk, le CD&V - qui a obtenu plus de 38% des voix et reste donc le plus grand parti de l’ancienne ville minière - a lancé des discussions tant avec Pro Genk qu'avec la N-VA. Les chrétiens démocrates ont finalement décidé de reconduire leur alliance avec Pro Genk, ont-ils annoncé lundi soir.

Malgré son score en hausse de plus de 9% (pour un total de 27,6% des voix), la N-VA de la Secrétaire d’Etat Zuhal Demir restera donc dans l'opposition. La tonalité de la campagne a sans doute joué un rôle dans la décision du CD&V.

"Tout le débat sur l'avenir de notre ville a souvent été limité au modèle de société", regrette le CD&V local dans son communiqué.

Zuhal Demir (photo) estime que le choix en faveur de Pro Genk était déjà fixé de plus longue date. "Le modèle de société défaillant a été une source de succès pour le CD&V", déplore-t-elle. Demir estime que Wim Dries a opté pour la voie la plus facile.

"Au début de notre discussion, il a fait savoir que Pro Genk réclamait deux sièges d’échevin en échange de la majorité. La N-VA ne peut et ne veut accepter cela. Dans ce sens, nous comprenons que Pro Genk donnait davantage de garanties au CD&V pour mener à bien son programme. Pour nous, c’est le programme qui prime et pas la répartition des postes. L’intérêt de Genk était très éloigné dans notre conversation, qui avait davantage l’air d’une concertation pour la forme". La N-VA déplore que le CD&V n’ait pas opté pour un changement.