ImageGlobe

Eurobaromètre : Trois quarts des Belges estiment bénéfique d'appartenir à l'UE

Trois quarts de la population belge estiment actuellement que faire partie de l'Union européenne a bénéficié au pays, selon la dernière édition de l'Eurobaromètre "Parlemètre". Ce baromètre régulièrement mis à jour mesure l'attitude des citoyens à l'égard de l'UE et du Parlement européen, et leur perception des bienfaits de l'appartenance à l'Union. La dernière édition, publiée mercredi, reprend les résultats de 27.474 interviews de citoyens à travers l'UE, dont 1.018 en Belgique, réalisés du 8 au 26 septembre derniers.

Sur la question de l'appartenance à l'UE, le citoyen belge se montre généralement plus positif que la moyenne: 71% des répondants belges disent estimer que c'est une bonne chose pour le pays d'appartenir à l'Union, contre 62% de moyenne européenne. 75% pensent d'ailleurs que l'appartenance à l'Union a été bénéfique pour le Plat Pays, principalement car l"UE contribue à la croissance économique" (raison la plus citée parmi une liste proposée). Sur l'ensemble de l'UE, ce pourcentage est de 68%, "le score le plus élevé jamais mesuré depuis 1983".

L'appréciation de l'Union semble en tout cas en croissance sur les derniers mois, que ce soit parmi les Belges ou les citoyens européens. "Presque tous les résultats mesurant le soutien à l'UE (...) ont montré une nette amélioration après le référendum britannique de 2016, suggérant une inquiétude grandissante sur tout le continent face à l'impact du Brexit. On remarque une prise de conscience croissante des avantages d'être membre de l'UE en raison des négociations difficiles", note-t-on en marge de la publication.

Deux éléments listés comme possibles raisons de penser que l'appartenance à l'UE est ou a été bénéfique au niveau national ont relativement chuté, dans les réponses des Belges, par rapport à un an plus tôt: l'idée que l'UE aide le pays à lutter contre le terrorisme semble avoir pris un coup (citée comme l'une des raisons principales par 23% des répondants, soit 5% de moins qu'un an plus tôt), et celle que l'Union aide la Belgique à "faire face au changement climatique" (16%, -5%). Ces deux thèmes sont, avec l'immigration, ceux que les Belges voudraient voir discutés en priorité lors de la campagne pour les prochaines élections européennes.

Si plus de la moitié des Belges interrogés (54%) pense que sa voix "compte" dans l'UE, ils ont aussi bien davantage tendance que l'Européen lambda à avoir confiance dans les partis politiques (44% ont "plutôt confiance", contre une moyenne européenne de 27%).

Il ressort également des statistiques du "Parlemètre" de septembre que 7 Belges sur 10 souhaitent voir le Parlement européen jouer un rôle plus important, une part de la population qui connait une augmentation marquée. A la question "quelles sont les valeurs" que ce Parlement devrait défendre "en priorité"? , le Belge répond en pointant le plus souvent... l'égalité homme-femme (51% des répondants), devant la "liberté d'expression" (46%), deux éléments qui semblent bien davantage plébiscités en Belgique qu'ailleurs en moyenne (respectivement 40% et 38% des répondants sur tout l'UE). La "protection des droits de l'homme partout dans le monde", qui arrive en "valeur N°1" quand on prend la moyenne de l'UE des 28, n'arrive qu'en 3e position dans les réponses belges.

Enfin, c'est peut-être lié à la place importante prise par la capitale belge dans l'Union: nos compatriotes semblent relativement bien informés sur les prochaines élections européennes. Ils sont en tout cas une majorité (56%) à savoir quand elles auront lieu, en mai 2019, donc dans 7 mois. C'est plutôt cocasse: les Français, qui défendent pourtant bec et ongles leur siège strasbourgeois de l'institution européenne, dont le partage entre Bruxelles et Strasbourg entraine un coût (financier et environnemental) énorme, sont plus de 7 sur 10 à ne pas savoir quand ils devront voter pour le Parlement européen. 29% des Français interrogés ont donné une réponse correcte, une part bien inférieure à la moyenne de bonnes réponses à travers l'UE (41%).