Peumans : "Reynders doit prendre ses responsabilités"

Le Président du Parlement flamand Jan Peumans (N-VA) s’est dit "déçu" que le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) ne convoque pas l'ambassadeur d'Espagne, suite à la décision de Madrid de lever le statut diplomatique du délégué du gouvernement flamand en Espagne. "Il doit prendre ses responsabilités", a déclaré Jan Peumans mercredi soir lors de l’émission Van Gils & gasten sur la VRT-télévision.

"Je suis déçu" a répondu Jan Peumans mercredi soir lors de l’émission Van Gils & gasten sur la VRT-télévision. "Reynders doit prendre ses responsabilités et convoquer l'ambassadeur d'Espagne. Si nous sommes - à juste titre - indignés de ce qui se passe en Pologne et en Hongrie, alors je trouve que nous devons l’être aussi de ce qui se passe en Espagne. Mais je ne prendrai pas d'autres initiatives. Je n'ai pas à dire à Monsieur Reynders ce qu’il doit faire".

La semaine dernière, Jan Peumans a inauguré une exposition photo sur la lutte catalane pour l’indépendance, au Parlement flamand, en présence de l'ex-président indépendantiste catalan, Carles Puigdemont. Selon un journal espagnol, il aurait comparé l’Espagne à la Bosnie des années '90, en pleine guerre civile.

Lors de l’émission Van Gils & gasten, mercredi soir, Jan Peumans a répété qu’il n’avait pas fait cette comparaison. "C'est un journaliste qui a agi de mauvaise foi. J'ai parlé d'une exposition de photos que nous avions organisée auparavant sur des enfants traumatisés par la guerre en Bosnie. J'ai dit que cette exposition était semblable à celle qui se tenait actuellement mais je n'ai rien insinué. Ce n’est qu’une accusation mensongère".

"Le soutien des parlementaires flamands m’a beaucoup touché"

Lors de la séance plénière de mercredi au Parlement flamand, tous les partis politiques ont soutenu le président du Parlement, ce qui l'a clairement touché. "Ils étaient tous derrière moi comme un bloc, parce que j’avais pris la liberté d’exprimer mon opinion. J’étais très ému, cela m’a beaucoup touché" a ajouté Peumans.

"Chaque fois que j'en aurai l'occasion, je continuerai à dire qu'il ne faut pas emprisonner les gens pour leurs opinions politiques," a encore déclaré Jan Peumans. Il faisait référence à Carme Forcadell, la présidente du Parlement catalan jusqu'à l'année dernière et actuellement emprisonnée en Espagne, pour avoir organisé des débats sur l'indépendance de la Catalogne.

"C'est l'une des valeurs fondamentales de l'Europe. On ne met pas les gens en prison à cause de leur opinion. Cela me met vraiment en colère".