Wikipedia

Va-t-on recourir aux navires producteurs d’électricité pour éviter le black-out cet hiver ?

Le producteur d'énergie Engie Electrabel envisage d'utiliser des centrales électriques flottantes pour pallier à une éventuelle pénurie d'électricité dans notre pays. C'est ce qu'écrit le journal "De Tijd", ce samedi. La porte-parole d'Engie Electrabel a confirmé l'information à la VRT.

Une pénurie d’électricité pourrait toucher la Belgique le mois prochain suite à l’arrêt de six de nos sept réacteurs nucléaires. Pour éviter des coupures, Engie Eelctrabel apromis au gouvernement de trouver 750 mégawatts de capacité supplémentaire. Ce qui devrait plus ou moins suffire à empêcher une pénurie. Ces 750 mégawatts pourraient être parfaitement livrés par des navires producteurs d’électricité.

Ces navires sont des centrales flottantes qui transportent à leur bord des générateurs au diesel ou au gaz qui peuvent être utilisés pour produire de l'électricité. Ils peuvent être raccordés au réseau électrique local au large de la côte et alimenter un pays en électricité.

Ces navires producteurs d'électricité sont actuellement principalement utilisés comme solutions d'urgence dans certains pays en développement ou des pays émergents à forte croissance. S'ils approvisionnaient notre pays en électricité, ce serait une première en Europe. "C’est vrai que nous étudions cette piste", a confirmé la porte-parole d'Engie Electrabel Hellen Smeets à la VRT. "Mais pour l'instant, rien n'a encore été décidé. Tout dépendra de la faisabilité technique. Ces navires doivent pouvoir s'amarrer près de la côte et être reliés au réseau électrique. C'est au gestionnaire de réseau Elia d’estimer si cela est possible".

Chez Elia, la porte-parole Marleen Vanhecke déclare qu'un certain nombre de site sont actuellement à l'étude, mais qu'une décision finale n'est pas encore pour demain.
"Lorsqu’un site approprié sera trouvé, il faudra encore quelques mois avant que le premier navire puisse y arriver. D'ici là, il se peut que la pénurie d'électricité soit déjà intervenue, ou qu'il n'y ait plus de risque de pénurie du tout".

De son côté, le spécialiste en énergie André Jurres d'Energie-Blog.com considère ces bateaux producteurs d’électricité "comme une solution temporaire mais indigne d'un pays comme la Belgique". C'est ce qu'il a déclaré ce samedi matin dans l’émission "De ochtend" sur Radio 1. 

"Depuis 2014, rien n’a été entrepris de manière structurelle. On ne s’occupe pas de l’avenir, on se contente de bricoler"a déclaré de son côté Ronnie Belmans de la KU Leuven.

La société américaine The Power Barge Company, qui dispose de deux centrales en République dominicaine et en Inde, a été contactée par Engie Electrabel. Le groupe a besoin de six mois pour les rendre opérationnelles.

Le leader turc du secteur, Karadeniz, peut en vingt jours transférer une centrale électrique flottante de la mer Méditerranée à la mer du Nord.  "Nous sommes en discussion avec deux fournisseurs d'énergie et nous restons en contact avec le ministère belge de l'Energie", confirme John Cockin, vice-président de Karadeniz Europe. Il parle d'installations possibles dans les ports d'Anvers, de Zeebruges et d'Ostende. "La seule condition, c'est de pouvoir amarrer les centrales flottantes dans des eaux calmes, à proximité d'un réseau de haute tension, et de pouvoir les connecter au réseau de gaz naturel."