L’OCAM a ajouté des membres d’extrême droite et d'extrême gauche sur la liste de personnes à surveiller

Les noms d'une vingtaine de militants d'extrême gauche et d'extrême droite figurent à présent aussi sur la liste de l'OCAM, l’Organe de coordination pour l'analyse de la menace rapportent Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen, Het Belang van Limburg et De Standaard samedi.

Les compétences de la liste de l'OCAM ont été étendues par décret royal. La base de données ne se concentre plus exclusivement sur les musulmans radicalisés. Depuis lors, les noms de 23 personnes ont été ajoutés à cette liste, dont seize sympathisants de l'extrême gauche et sept autres d'extrême droite.

Dans la première catégorie, il s'agit d’un groupuscule anarchiste qui prône la guérilla urbaine du groupe francophone La Cavale, certains membres sont dans le collimateur du Parquet. Ils s'opposent en particulier à la construction de la prison bruxelloise de Haren.

Du côté de l'extrême-droite, on retrouve le chef de file du groupe néo-nazi 'Bloed, Bodem, Eer en Trouw' (Flandre orientale). Il a été condamné à quatre ans de prison pour terrorisme.

Dries Van Langenhove, le fondateur de Schild en Vrienden, ne semble pas figurer sur cette liste, selon les articles des journaux du groupe de Mediahuis.