© Syda Productions - creative.belgaimage.be

Pénurie de personnel infirmier : la Flandre se tourne vers l’Espagne, la Turquie ou les Philippines

Pour pallier à la demande croissante de travailleurs dans le secteur des soins de santé, les autorités flamandes ont décidé de prospecter au-delà des frontières belges. Le ministre flamand du Bien-être et de la Santé publique, Jo Vandeurzen (CD&V) a fait appel à l’Office flamand de l’emploi (VDAB) pour chercher des candidats dans les pays où le personnel infirmier est en surnombre. La France, l’Espagne, la Turquie, mais aussi les Philippines et l’Australie sont en ligne de mire. 

D’après les informations relayées par le quotidien Het Nieuwsblad, le secteur des soins de santé va devoir engager, lors des prochaines années, quelque 46.000 professionnels de santé supplémentaires par an. Pour répondre à cette demande, la formation d’étudiants ne suffira plus. L’une des priorités sera désormais de chercher de la main-d’œuvre ailleurs.

Le VDAB est dans ce cadre appelé à prospecter dans les pays connaissant un surnombre de prestataires de soins. Les pays voisins sont en ligne de mire, notamment le Luxembourg et la France, mais la recherche de nouveaux candidats se fera également en Espagne et en Turquie, et pourra atteindre des pays plus lointains, tels  que l’Australie, le Canada et les Philippines. 

Immersion linguistique

D’après l’ambassadeur flamand des soins de santé, Lon Holtzer, les prestataires étrangers devront évidemment pouvoir travailler en néerlandais. Le VDAB devra dans ce cadre mettre en place un cours de langue spécialisé. Il devra également établir un système de reconnaissance rapide des diplômes étrangers, tout en assurant le maintien de la qualité des prestations.

L’Union des professionnels de la santé et les syndicats du secteur affirment comprendre l’urgence de ces mesures, mais se montrent toutefois sceptiques : "La barrière linguistique ne sera pas si facile à effacer, et des moyens financiers importants seront nécessaires pour assurer la qualité du travail", souligne le secrétaire de l’Union, Wouter Decat.