Foto Kurt

Le cadavre de la baleine sur la plage du Coq risquait de s’éventrer

Le cadavre du rorqual qui avait été détecté mercredi au large d’Ostende a été ramené durant la nuit par des bateaux vers la plage du Coq. Le corps de la baleine, un mâle d’une longueur d’environ 18 mètres et de quelque 35 tonnes, risquait en effet de provoquer un accident en heurtant un navire. 

Le phénomène est très rarement observé sur le littoral flamand. "Cela faisait depuis 1997 qu’un rorqual commun ne s’était plus échoué sur nos côtes", témoigne Jan Haelters, biologiste marin à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB), au micro de Radio 1 (VRT). "Le lieu d’origine de l’animal n’est pas encore clair, mais cette sorte de mammifère marin est habituellement retrouvée dans le Golfe de Gascogne et dans l’océan Atlantique", précise-t-il.

Un périmètre a été établi par la police pour maintenir les curieux à distance, afin de permettre à tout le monde de l’observer, mais aussi pour des raisons de sécurité : "Il s’agit d’un mammifère qui aurait pu contracté une maladie. Mieux vaut donc ne pas s’en approcher", souligne Jan Haelters.

Au micro de la matinale de la VRT, le biologiste évoque l’éventualité d’un autre phénomène : "Ces baleines sont des animaux à sang chaud qui vivent dans un milieu relativement froid. Ils ont donc une épaisse couche de graisse, et dès lors, lorsqu’ils meurent, ils ne refroidissent pas. Ils vont se décomposer de l’intérieur, et les gaz qui se libèrent gonflent fortement le cadavre. C’est d’ailleurs pourquoi celui-ci flotte sur l’eau", explique Jan Haelters. "Nous allons donc faire un certain nombre d’incisions et de trous dans l’animal, car il pourrait sinon s’éventrer, et laisser s’échapper les organes et les liquides organiques".

L'animal fera l'objet d'analyses post-mortem. Des équipes de vétérinaires des universités de Liège et de Gand collaboreront à l’autopsie. Les chercheurs essaieront notamment de déterminer la cause de la mort de la baleine. Leur travail devrait être achevé d’ici vendredi soir. 

Espèce protégée, le rorqual est le deuxième plus grand mammifère après la baleine bleue.

 

Foto Kurt
Foto Kurt
Foto Kurt
Foto Kurt
Foto Kurt
Foto Kurt