Un système temporaire de consigne pour les  canettes et bouteilles en plastique à Anvers

L'entreprise belge Ecover ouvre à Anvers un premier système de consigne temporaire, du 15 au 17 novembre, où la population pourra déposer ses canettes et bouteilles en plastique. L'objectif est de donner une nouvelle impulsion au débat sur la consigne et sensibiliser au gaspillage du plastique. "Si l'on tient à ce que le plastique ne soit pas considéré comme un déchet, il faut lui donner de la valeur", estime l'entreprise.

Selon Ecover, les canettes et bouteilles en plastique en PET (pour polytéréphtalate d'éthylène) représentent 40% du volume des déchets sauvages. Le système de consigne n'est toutefois pas une priorité politique, malgré les discussions qui animent le secteur.

En Flandre, où le débat est le plus agité, le gouvernement a reporté la décision d'instaurer un tel système et si celui-ci devient réalité, ce ne sera pas avant 2023.

"Les chiffres démontrent qu'un système de consigne constitue la meilleure façon de veiller à la récupération des canettes et des bouteilles vides. C'est une part importante de la solution aux déchets sauvages", plaide Inge Luyten, coordinatrice de l'Alliance de la Consigne, dont est membre Ecover. "Cela permet en outre de réduire le coût des collectes (supporté par les fabricants, NDLR), ainsi que d'améliorer le recyclage du plastique et des canettes", ajoute-t-elle.

A Anvers, les citoyens qui rapporteront canettes et bouteilles en plastique au magasin éphémère recevront un euro à conserver ou donner à l'Alliance de la Consigne ainsi qu'un flacon de produit vaisselle.