Le secteur de la construction opte pour l'heure d'hiver

Dans le débat sur la suppression du changement d'heure, le secteur de la construction opte résolument pour rester à l'heure d'hiver. C'est en tout cas la préférence de 58% des 1.418 entreprises interrogées par la Confédération Construction. Pour rappel, nous passons ce dimanche 28 octobre à l’heure d’hiver : à 3h du matin il faudra retarder ses montres à 2h. Cela permettra au moins de gagner une heure de sommeil.

Les entrepreneurs interrogés par la Confédération Construction indiquent qu’en restant à l’heure d’hiver ils auraient la possibilité de démarrer leurs travaux plus tôt avec la lumière du jour. "Dans les secteurs affichant le taux le plus élevé d'activités en extérieur, comme le génie civil et le gros œuvre, sept entreprises de construction sur dix sont mêmes acquises au passage à une heure d'hiver permanente", souligne l'organisation.

En Flandre, la Bouwunie - qui réunit les PME du secteur - a effectué le même type de sondage auprès de ses membres. Les résultats sont relativement équilibrés, mais les entrepreneurs qui exercent la majorité de leurs activités à l'extérieur affichaient eux aussi leur préférence pour une heure d'hiver permanente.

Les raisons qui poussent à préférer l'heure d'été sont principalement d'ordre privé. Avec des journées se terminant plus tard, il est plus facile d'entretenir des relations sociales ou de faire du sport.

Fini le changement d’heure deux fois par an ?

La Commission européenne veut abolir le changement d'heure saisonnier dès 2019, tout en laissant les Etats membres libres de décider au niveau national s'ils veulent ensuite appliquer de manière permanente l'heure d'été ou celle d'hiver. L'Autriche, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, est partisane d'un report de cette mesure à 2021, afin que des études complémentaires puissent être réalisées.

La Belgique a déjà fait savoir qu'elle souhaitait rester dans la même zone horaire que ses voisins les Pays-Bas et le Grand-Duché de Luxembourg. Une consultation en ligne devrait être organisée pour déterminer l'heure définitive à adopter.

Le gouvernement flamand demande à reporter son choix d'un an

Le gouvernement flamand a adopté ce vendredi une note réclamant le report d'un an du choix à faire entre l'heure d'été ou d'hiver, dans le cadre du projet de suppression du changement d'heure semestriel.

La Commission européenne a proposé de supprimer ce changement d'heure avant les élections européennes de mai 2019. Elle attend des États membres qu'ils lui disent d'ici avril quelle heure, de celle d'été ou de celle d'hiver, ils garderont toute l'année. Ceux qui choisiraient l'heure d'été changeraient d'heure une dernière fois fin mars prochain, les autres fin octobre prochain.

Le gouvernement flamand accepte le principe de supprimer le changement d'heure, mais demande plus de temps pour choisir entre heure d'été et d'hiver. "On a interrogé tous les secteurs de Flandre, et aucun choix précis n'en ressort. Il faut aussi et surtout en décider avec nos plus importants partenaires européens, le Bénélux, l'Allemagne et la France, et trouver un consensus", a expliqué le ministre-président Geert Bourgeois (photo).

Pour dégager le règlement le plus commun possible, l'exécutif flamand propose un délai d'un an de plus. Le gouvernement fédéral, lui, n'a encore pris aucune décision alors que, selon plusieurs sources, la Belgique se serait ralliée à la demande autrichienne visant un report à 2021. Selon le porte-parole de Charles Michel, les Pays-Bas plaident eux aussi pour un report.

La question sera évoquée lundi à Graz (Autriche), lors d'une réunion informelle des ministres des Transports et de l'Environnement de l'Union européenne.