James Arthur Photography

La N-VA, le CD&V et Groen s'allient pour diriger la Flandre orientale

La N-VA, le CD&V et Groen ont bouclé un accord de coalition afin de diriger la province de Flandre orientale les six prochaines années. Parallèlement, le gouvernement flamand s’est vu contraint de nommer un gouverneur faisant fonction, en raison de d’un conflit entre la N-VA et l’Open VLD. 

Les nationalistes flamands, les chrétiens démocrates et les écologistes dirigeront donc la Flandre orientale lors des six prochaines années.

Les trois partenaires de majorité déclarent avoir trouvé "beaucoup de points communs pour concentrer leur politique sur la durabilité, les voies lentes et les infrastructures cyclistes, le soutien aux villes et communes, l'innovation et l'entrepreneuriat, ainsi que la participation citoyenne".

Querelle autour de la nomination du gouverneur

Vendredi, le gouvernement flamand a été contraint, en raison de divergences entre deux partis de la majorité, l’Open VLD et la N-VA, de nommer un gouverneur faisant fonction à la tête de la province de Flandre orientale pour succéder à Jan Briers, qui partira à la retraite le 1er novembre. Il s'agit du commissaire d'arrondissement Didier Detollenaere.

La ministre flamande de l'Intérieur, Liesbeth Homans (N-VA), avait proposé le nom de Wim Leerman, arrivé en tête au terme d'une procédure de sélection, comme nouveau gouverneur. Elle s'est toutefois heurtée à un veto de l'Open VLD, son partenaire de la majorité, qui préférait la nomination de la députée fédérale Carina Van Cauter.

Les libéraux reprochent à M. Leerman, le directeur de la ville d'Alost, d'appartenir à la famille de l'eurodéputé Sander Loones (N-VA) et d'avoir jadis figuré sur une liste Volksunie. Ils ont ainsi bloqué sa désignation comme gouverneur.

Nouvelle procédure de désignation

Mercredi dernier, les principaux ministres du gouvernement flamand ont reçu les 15 candidats sélectionnés pour devenir gouverneur de Flandre orientale. C’est la première fois que tout le monde peut prétendre à ce poste. Ce faisant, le gouvernement flamand cherchait à rompre avec la pratique du passé, lorsque ces postes étaient attribués parmi les partis de la majorité.

En savoir plus sur le sujet en consultant l’article de notre partenaire DaarDaar