Trafic inhabituel au Limbourg: des vêtements imprégnés de cocaïne

La police locale de la zone limbourgeoise Carma a interpellé trois suspects vendredi dernier dans une affaire de trafic de cocaïne imprégnée dans des vêtements. C’est ce qu’a révélé ce mardi le parquet limbourgeois. La drogue était ensuite récupérée du textile via un processus chimique. Deux des trois suspects ont fait l'objet d'une arrestation.

La police a fait irruption vendredi dernier vers 5h du matin dans trois logements distincts, à Alken, Genk et Opglabbeek, dans le cadre d'une enquête judiciaire sur un trafic de stupéfiants en bande organisée. Un suspect a été interpellé à chaque domicile. Il s'agit de trentenaires originaires de Genk.

Les enquêteurs ont également mis la main sur d'importantes quantités de drogues. "Le chien renifleur a réagi devant une casserole qui contenait une substance blanche, testée positive à la cocaïne", exposait Bruno Coppin, du parquet limbourgeois.

"Selon la Clan Lab Response Unit (CRU) de la police fédérale, cette substance provient de l'extraction de la cocaïne imprégnée dans des vêtements grâce à des produits chimiques. Il s'agit donc d'un trafic de drogue particulier."

Dans la casserole subsistaient encore 200 grammes de cocaïne sur les plus de deux kilos que contenait supposément le récipient. Le parquet a déféré les trois suspects devant le juge d'instruction, qui a décidé d'en placer deux sous mandat d'arrêt et en détention.

D’après la police, il s’agit d’un type très inhabituel de trafic de stupéfiants. "Dans notre zone de police, nous n’avons vu cela qu’une seule fois il y a plusieurs années. C’est très exceptionnel en Belgique. Mais cela démontre à quel point les trafiquants de cocaïne sont inventifs", indiquait Marleen Smeyers de la zone de police Carma.