Vingt-huit migrants en transit interpellés à Kruibeke

Les polices locale et fédérale ont interpellé 28 migrants en transit à Kruibeke (Flandre orientale) dans la nuit de lundi à mardi, lors d'une nouvelle action de contrôle contre le trafic d'êtres humains. "Selon le cabinet du Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, le problème diminue progressivement mais ce n'est certainement pas le cas pour Kruibeke", a souligné mardi le bourgmestre de la commune, Jos Stassen.

Le chef de corps de la zone de police Kruibeke/Tamise avait affirmé lundi que le nombre de migrants en transit sur les parkings n'avait pas diminué, mais était bien en augmentation. Le centre administratif de Steenokkerzeel, créé à la mi-septembre après que plusieurs zones de police aient tiré la sonnette d'alarme sur le phénomène, était qualifié "d'artifice".

Le Secrétaire d'Etat Theo Francken avait rétorqué que la nouvelle approche, qui consiste à transférer les migrants en transit interpellés par la police vers ce centre administratif, fonctionnait bien. Ce centre compte 200 places et affiche complet, selon le chef de corps, Wim Pieteraerens. De nombreux migrants interceptés sont ainsi libérés, affirme-t-il.

Un autre centre fermé, de 300 places, ouvrira d'ici l'été prochain, a indiqué Theo Francken lundi. Vingt-huit nouveaux migrants ont été interpellés ce mardi matin à un arrêt de bus, indique le bourgmestre de Kruibeke, Jos Stassen (photo). Ce qui prouve selon lui que le phénomène n'a pas diminué avec l'ouverture du centre administratif.

Nicolas Maeterlinck