Il manque au moins 2,7 milliards pour l’amélioration de notre réseau de canalisations

Le réseau d'égouts en Flandre doit être pleinement opérationnel d'ici 2027 afin d'améliorer la qualité de l'eau de nos canaux et rivières. Cela nécessite des investissements importants et les gestionnaires des réseaux d'assainissement manquent d'argent. Il manquerait au moins 2,7 milliards d’euros, selon un rapport de l'Agence flamande de l'environnement (VMM). Mais l'Association des villes et communes flamandes craint qu'il s'agisse encore d'une sous-estimation.

La qualité de l'eau de nos canaux, rivières et ruisseaux doit être améliorée. Pour ce faire, le système d'assainissement doit être adapté et amélioré : davantage de personnes doivent être raccordées aux stations d'épuration des eaux usées et certains égouts existants doivent être remplacés. D’après la loi cela devrait être en règle d'ici 2027.

Ce sont les gestionnaires des réseaux d'assainissement - communes et intercommunales - qui doivent réaliser les investissements. L’Agence flamande pour l’environnement a estimé que sur la base des revenus actuels, ils peuvent investir 1,5 à 3,3 milliards d'euros. Mais si la Flandre veut moderniser son réseau d'assainissement d'ici 2027, il faudrait au moins 2,7 milliards d'euros supplémentaires, selon VMM.

Selon l'Association des villes et communes flamandes, il s'agit encore d'une sous-estimation. La VVSG va examiner avec les partenaires concernés d'où pourraient venir les fonds supplémentaires. "Des investissements doivent être consentis pour améliorer la qualité de l'eau. Cela signifie qu'il faudra soit augmenter les subventions, soit s’adresser au niveau communal, soit s’informer des innovations et nouvelles techniques ", explique Nathalie Debast, porte-parole. "Les possibilités sont nombreuses, nous les étudierons avec les gestionnaires d'assainissement et le gouvernement flamand.
 

La facture ne doit pas être honorée par les particuliers

Le SP.A (dans l'opposition) exige que la facture ne soit pas honorée par les particuliers. "La facture de plusieurs milliards risque bien d'être transmise à la population flamande. Je demande expressément que la facture des travaux d’assainissement ne soit plus revue à la hausse et que la ministre Joke Schauvliege propose un plan d'action financier réalisable à court terme", déclare le député flamand Rob Beenders.

Actuellement, une grande partie du coût est déjà facturée au client, par le biais de la contribution aux travaux d'assainissement. En 2016, la contribution à l'assainissement a rapporté 65 euros par habitant, alors que les coûts de gestion des égouts n'étaient que de 51 euros ", explique Rob Beenders. "L'argent que les Flamands paient pour les égouts doit également être utilisée efficacement. Il y a encore une marge, d'après nos calculs et il y a suffisamment d’argent même pour atteindre les objectifs, il n'y a pas besoin de taxes supplémentaires.