DELEU / EurekaSlide

Le nombre d’indépendants ayant une boutique en ligne est en baisse

D’après une enquête réalisée par l’organisation flamande des classes moyennes Unizo, le nombre d'indépendants en Belgique disposant d'une boutique en ligne a diminué de 8,6% au cours de l'année écoulée. Moins de la moitié des PME belges effectuent de la vente en ligne. Elles l’estiment trop cher et trop peu rentable, alors que la concurrence internationale est de plus en plus féroce.

A peine 45,5% des petites et moyennes entreprises réalisent actuellement des ventes en ligne, contre 49,8% en 2017. Les PME éprouvent des difficultés à rivaliser avec les grands groupes internationaux ou souffrent d'un manque de temps et/ou de connaissances pour développer leur magasin en ligne.

Le président de l’Unizo, Danny Van Assche, voit d’un mauvais œil le fait que le nombre de magasins en ligne n’augmente pas en Belgique. "Nous avons constaté une stagnation l’an dernier, et cette année même une légère baisse, alors qu’on s’attendrait à une augmentation. Nous notons une certaine frilosité parmi les commerçants. Nombre d’entre eux ne savent pas où commencer et comment évoluer dans la voie du commerce en ligne. Pareil magasin prend beaucoup de temps et d’investissements à réaliser, et ne s’avère pas immédiatement rentable. Beaucoup d’indépendants abandonnent alors, au lieu de persévérer et d’améliorer leur offre".

Parmi les commerçants qui ne possèdent actuellement pas de magasin en ligne, quelque 6% l’ont essayé et ont ensuite stoppé, parce qu’ils n’en tiraient pas de bénéfices.

Pas de gros gains

Le chiffre d’affaires des magasins en ligne ne semble pas non plus très important en Belgique. Quelque 56% des commerçants locaux en ligne reçoivent moins de 10 commandes par mois. Environ 26% d’indépendants enregistrent entre 11 et 50 commandes mensuelles, et seuls 18% d’entre eux ont plus de 50 commandes en ligne par mois.

Un tiers des indépendants interrogés estiment que l’e-commerce leur coûte de l’argent et ne leur rapporte rien.

L’étude de l’Unizo révèle aussi que les PME considèrent la concurrence de grands magasins en ligne internationaux comme la plus grande menace pour le commerce en ligne. Ces entreprises parviennent à vendre meilleur marché et peuvent livrer plus rapidement et à moindre frais.

Deuxième menace, selon les indépendants : les coûts élevés comparés au chiffre d’affaires. Un troisième point faible est, selon les commerçants, le fait qu’il faille faire de gros efforts pour avoir une visibilité suffisante sur l’internet.

Danny Van Assche confirme que les chiffres d’affaires sont en baisse dans ce secteur en Belgique. "C’est dû au fait que les consommateurs achètent en ligne à l’étranger. Les PME locales pourraient offrir des services supplémentaires en même temps que leur vente en ligne. En tant que client, on pourrait par exemple avoir la possibilité de se rendre dans un magasin pour y voir les articles vendus en ligne et pouvoir demander des explications. Cela pourrait être un avantage face à la concurrence des multinationales", concluait Danny Van Assche (photo).