Extension du port d’Anvers : Doel 2020 conteste un décret flamand

Grâce à un récent décret flamand qui modifie une loi de 1978, le port d'Anvers va pouvoir prendre des décisions en matière d'aménagement du territoire sans la participation du public. C’est ce que dénonce le groupe citoyen Doel 2020 dans le quotidien Gazet van Antwerpen. Les militants - qui résident dans le village de Doel (photo) qui devrait disparaître de la carte à la suite de l’extension du port anversois - demandent à la Cour constitutionnelle l'annulation du décret.

D'après le comité d’action Doel 2020, les autorités du port d'Anvers vont pouvoir bâtir sans devoir consulter le grand public. De plus, le récent décret flamand le dispense de compensations écologiques.

"L'an dernier, le plan d'exécution spatiale de la zone portuaire a été annulé par le Conseil d'Etat, parce que la perte d'espaces verts n'était pas compensée", rappelle l'avocat du comité d'action, Philippe Vande Casteele.

Doel 2020, qui milite pour le maintien du village de Doel (Flandre orientale) - déjà partiellement déserté - et des polders, négocie aussi depuis deux ans avec le gouvernement flamand au sujet de l'extension de la capacité du port d'Anvers. La décision de la Cour constitutionnelle est attendue l'année prochaine.