Chargement lecteur vidéo ...

Les Arenberg, militaires, diplomates, grands propriétaires terriens et amateurs d’art

Le musée-M de Leuven (Louvain) présente l’exposition "Le pouvoir et la beauté. Les Arenberg" une réunion exceptionnelle des œuvres d’art d'une des familles les plus influentes des anciens Pays-Bas.

Les Arenberg appartiennent à la haute noblesse, maison du Saint-Empire romain germanique, les membres portent les titres de duc et duchesse d’Arenberg et de prince et princesse. Pendant plus de cinq siècles, ils ont joué un rôle primordial sur la scène politique, militaire, économique et culturelle dans la région de Louvain, en Belgique et en Europe. L’exposition au M-Museum Leuven raconte l’histoire des Arenberg, mais surtout celle de leur collection d’art.

Les Arenberg ont donné leur nom à des rues, au théâtre d’Anvers, au Château d’Heverlee ou au parc d’Enghien.

"Avec notre famille nous pouvons remonter plus de 1 000 ans en arrière" a déclaré Léopold-Englebert d’Arenberg, l’actuel duc d’Arenberg qui est le dixième de la lignée à porter ce titre. C’est avec sa collaboration que l’exposition au musée M a vu le jour. "Nous voulions partager notre histoire familiale avec tout le monde, parce que presque partout des gens ont travaillé pour nous". Le duc d’Arenberg et d’Aarschot s’est donné comme mission de faire connaître l’histoire à un large public "afin de promouvoir la culture et le raffinement". 

Grands propriétaires terriens

"Durant cinq siècles, les Arenberg ont fait partie de la haute noblesse des Pays-Bas. "Ils vivaient de la terre, de l'agriculture, de la sylviculture et de l'exploitation minière ", a expliqué Mark Derez, archiviste de la KU Leuven et l'un des conservateurs de l'exposition.

"Ils possédaient des terres des Ardennes jusqu’à l’île de Terschelling, en Frise. Les mariages avec d'autres familles de la noblesse comme les Croÿ et les Ligne ont permis "d'énormes opérations immobilières". "L’ancien homme politique socialiste Emile Vandervelde avait calculé en 1900 que les Arenberg et les Lignes étaient les plus grands propriétaires terriens du pays.

Le polder Hedwige

Les Arenberg se sont aussi occupés de grands travaux d’asséchement de polders, au nord d’Anvers. "Entre 1600 et 1900, ils ont ainsi récupéré une superficie de 3.000 hectares", ajoute Mark Derez. A noter que le Hedwigepolder, ainsi appelé en l'honneur de Hedwige de Ligne (1877-1938) duchesse d'Arenberg. C’est une représentation de la Duchesse Hedwige que l’on peut voir sur l’affiche de l’exposition. Ce polders qui se trouve à cheval sur la frontière belgo-néerlandaise va à nouveau être inondé en compensation des travaux d'approfondissement de l'Escaut. Guerre et diplomatie.

Guerre et diplomatie

"Les Arenberg étaient de véritables bagarreurs, ils étaient présents sur tous les champs de bataille d’Europe" explique Mark Derez. Princes d’Empire allemands, ils étaient surtout au service des Habsbourg. De nombreux membres mâles de la lignée sont morts l’épée à la main, après quoi leurs biens ont été gérés par leur veuve.
Et lorsqu’ils ne faisaient pas la guerre, les Arenberg étaient de fins diplomates. L'exposition présente un beau tableau de la National Portrait Gallery de Londres : "La signature du Traité de Londres en 1604" avec un symbolisme à peine dissimulé autour de la table des négociations.

"Dans l’histoire de notre pays, les Arenberg ont été les aristocrates les plus influents entre 1550 et 1800", ajoute Mark Derez, par la suite leur influence a diminué mais le nom des Arenberg restait prestigieux de Louvain à Bruxelles en passant par Anvers.

(La suite de l'article en dessous de la photo)

Amateurs et collectioneurs d'art

Les Arenberg étaient aussi de grands collectionneurs d’œuvres d’art. Ils ont commandé des œuvres à leurs contemporains tels que Rubens, Van Dijck et plus tard Watteau. Au 19ème siècle, le duc d’Arenberg fit aménager dans son palais bruxellois (aujourd’hui le Palais d’Egmont) une gallerie renommée pour ses maîtres flamands et hollandais parmi lesquels Breughel et Jordaens, Rembrandt et Vermeer.

Plusieurs de ces œuvres sont exposées au musée M de Louvain, comme ce portrait d’une jeune femme aux cheveux bouclées de Pierre Paul Rubens ou deux tableaux de la série Buckingham de Véronèse, ou un village peint par Jan Breughel l’ancien ou encore de très beaux dessins à l’encre de chine de Lambert Lombard.

Trois chefs-d’œuvre qu’il faut absolument admirer à l’exposition sont les trois panoramas de trois villes des anciens Pays-Bas : Bruxelles, Anvers et Amsterdam. Ces peintures se trouvaient dans le salon des trois villes au château d’Arenberg à Heverlee.

L’exposition au musée M montre aussi de magnifiques costumes découverts dans trois grandes malles du château d’Arenberg à Heverlee. Il s ‘est avéré que c’était la garde-robe utilisée par les Arenberg au théâtre du château à la fin du 19ème siècle.

Les membres de la famille d’Arenberg étaient aussi de grands amateurs de musique, Ils entretenaient des contacts avec des musiciens de toute l’Europe parmi lesquels Mozart et Haydn. On peut ainsi admirer, à l’exposition, une partition manuscrite unique de Vivaldi.

(La suite de l'article en dessous de la photo)

Visite combinée du musée et du château

Aujourd’hui le château d’Arenberg d’Heverlee qui date du début du 16ème siècle, est occupé par la faculté des sciences appliquées de la KU Leuven et constitue le cœur d'un campus vert destiné au groupe Wetenschap & Technologie (Science &Technologie).

Si vous désirez passer toute une journée sous le signe des Arenberg, vous pouvez combiner l’exposition le "Pouvoir et la Beauté" au Musée M avec une visite du Château d’Arenberg, la perle de leur patrimoine, l’exposition "Vivre Noblement" dans la Bibliothèque universitaire ou une promenade thématique centrée sur cette lignée aristocratique.
 

Chargement lecteur vidéo ...