Un super radar fonctionne à plein régime à Gand, déjà 86.000 P.V. en 3 ans

Le super radar Lidar que la police locale de Gand utilise depuis le 8 octobre 2015 dans une zone limitée à 30 km/h et même au-delà, fonctionne à plein régime puisqu’il a flashé 78 contrevenants par jour en trois ans. Sur 3 millions de véhicules contrôlés et 86.000 excès de vitesse, le taux d’infraction est donc de 2,8%. Avec un montant de 50 euros minimum par PV, ce radar a donc rapporté plus 4 millions d’euros pour un investissement de 180.000 euros.

Le Lidar est un système de contrôle de vitesse qui fonctionne par laser. En plus de flasher les véhicules circulant dans les deux sens, le système calcule et vérifie la vitesse des véhicules à une distance de 20 mètres.

A Gand ce super radar a été baptisé "Sammeke" par la police locale, il peut être déplacé facilement et utilisé dans les rues étroites de la ville où les autres radars sont gênés par les reflets provoqués par les trams et les voitures en stationnement.

En outre, ce Lidar est également utilisé dans le cadre de la lutte contre les nuisances de la circulation automobile ou comme outil de sensibilisation supplémentaire pour les écoles ou les lieux sensibles aux accidents.

"Les chiffres de ces dernières années montrent que le nombre d’excès de vitesse diminue de plus en plus. Ce n'est pas parce que le radar fonctionne moins. C’est plutôt dû au fait que le Lidar est désormais un phénomène connu à Gand ", explique la police locale. "D'autre part, le plan de circulation a sans aucun doute un impact sur les chiffres. En outre, la police utilise de plus en plus le Lidar dans des endroits où les plaintes sont nombreuses".

La police de Gand annonce l'emplacement de l'appareil chaque semaine sur Facebook et Twitter, pour "lutter préventivement contre la vitesse excessive". Dans la zone 30, un PV est dressé à partir de de 37 km/h et ceux qui roulent à plus de 67 km/h peuvent se voir retirer temporairement leur permis de conduire.