L’imam gantois Brahim Laytouss, accusé de harcèlement sur une mineure, est acquitté

Le professeur d’islam et imam gantois Brahim Laytouss a été totalement acquitté pour le harcèlement d’une étudiante mineure. En principe, il peut à nouveau donner cours.

Des élèves de l'école secondaire Spectrum à Gand se sont rendus auprès la direction en mai 2017 pour se plaindre du comportement de Brahim Laytouss pendant l'année scolaire précédente. Trois des filles ont retiré leur plainte au cours de l'enquête. L'affaire ne concernait alors plus que le harcèlement d'une fille. Le professeur aurait fait des remarques inappropriées, notamment au sujet de ses "belles rondeurs".

Selon Brahim Laytouss, il s’agit d’une chasse aux sorcières. L'imam est réputé pour être le partisan d'un islam progressiste et européen. Ses opposants au sein de la communauté musulmane se seraient vengés en intentant un procès.

La juge Caroline Blomme a acquitté Brahim Laytouss ce vendredi matin en vertu du bénéfice du doute. "Les déclarations de la partie civile ne sont pas suffisamment étayées par des éléments objectifs", a-t-elle déclaré. "Et ce n'est pas à l'accusé de prouver son innocence." Les déclarations de la fille ne pèsent pas assez lourd pour décrédibiliser totalement la version du professeur d’islam.

En principe, Brahim Laytouss peut à nouveau enseigner. "J'aimerais également appeler la communauté musulmane à dès aujourd’hui tirer un trait sur cette campagne de diffamation et sur les attaques dont je fais l'objet", déclare-t-il. "Tout le monde doit être conscient que nous vivons dans un pays démocratique où nous pouvons tous exprimer nos opinions. Je continuerai à me battre pour un islam européen progressiste."