Les douanes disposent de matériel sophistiqué pour traquer les fraudeurs au diesel

Les douanes interceptent de plus en plus d’automobilistes qui utilisent du mazout de chauffage, appelé aussi "diesel rouge" comme carburant. Suite à l’augmentation du prix du diesel à la pompe, de plus en plus de personnes n’hésitent plus à remplir leur réservoir avec du mazout de chauffage, beaucoup moins cher, car moins taxé. Les douanes ont pris les choses en main et disposent à présent de matériel plus sophistiqué pour effectuer des contrôles : un nouveau laboratoire et des caméras intelligentes ANPR pour surveiller particulièrement les récidivistes. Et cela semble porter ses fruits.

Tous ceux qui conduisent un véhicule diesel ont ressenti l’augmentation à la pompe, un litre de diesel de couleur jaune coûte aujourd’hui près de 1,60 euros alors qu’un litre de mazout de chauffage de couleur rouge ne coûte que la moitié.

D’un point de vue technique, il est tout à fait possible d’utiliser du diesel de chauffage comme carburant dans un véhicule mais ce n’est pas autorisé par la loi, car les carburants des véhicules sont soumis aux accises. Si vous êtes pris vous risquez une amende de 500 euros. Toujours est-il que de plus en plus de fraudeurs sont pris lors de contrôles des douanes.

"En raison de l’augmentation du prix du diesel, la tentation est grande d’utiliser du diesel rouge", a expliqué Francis Adyn du SPF Finances. "Mais il y a une autre explication à cette augmentation les douanes disposent de nouveaux moyens de lutte contre la fraude au diesel : des caméras ANPR et un nouveau laboratoire".

Caméras ANPR

"Dans le passé, les douaniers qui disposaient de caméras avec reconnaissance de de plaque d’immatriculation, opéraient des contrôles aléatoires d'automobilistes pour vérifier s’ils n’utilisaient pas de diesel rouge. Mais à présent, les douaniers disposent de caméras ANPR", explique Francis Adyns.

Un fraudeur qui a déjà été verbalisé se retrouve dans une banque de données informatique et lorsqu’il passe devant une caméra ANPR, sa plaque d'immatriculation est automatiquement reconnue et les douaniers le contrôlent immédiatement. La nouvelle méthode semble fonctionner, puisque l'an dernier, 1 208 conducteurs se sont fait prendre lors d’environ 20 000 contrôles. C'est presque deux fois plus qu'en 2016, à l’époque seuls 656 utilisateurs de diesel rouge avaient été pris.

Un nouveau laboratoire à Vilvorde

Et puis, le service public fédéral Finances et la Régie des bâtiments ont inauguré ce mardi à Vilvorde le nouveau laboratoire des douanes et accises. Au total, 25 personnes travaillent dans ce nouveau laboratoire. Le personnel y effectue des analyses chimiques. Les collaborateurs sont notamment amenés à analyser des échantillons de carburant pour détecter une éventuelle fraude au diesel.

Car le mazout de chauffage n’est pas toujours de couleur rouge, en cas de doute deux échantillons sont prélevés. Certains fraudeurs parviennent à éliminer la teinture rouge du mazout de chauffage qui ressemble alors à du diesel "normal". Mais grâce à ce laboratoire les douanes peuvent aussi détecter cette fraude car il y a encore un produit chimique invisible dans le mazout qui ne peut être détecté qu'en laboratoire.

L’an dernier, une bande de malfrats du Limbourg avait ainsi décoloré du mazout de chauffage à grande échelle. Du fioul aurait été blanchi pendant 3 ans pour environ 7 millions de litres au total, soit une perte de 1,6 millions d’euros en taxes et accises pour l’Etat.

Ceux qui ont fraudé et pense qu’en refaisant le plein avec du diesel légal toutes traces du diesel rouge seront effacées se trompent même après trois pleins de carburant, on trouve encore des traces de ce diesel rouge et vous risquez toujours une amende.