Ben Weyts menace de fermer les arrêts De Lijn de la Gare du Nord

Les bus de la société flamande "De Lijn" ne s'arrêteront plus à la Gare du Nord si rien n'est fait pour régler les nuisances qu'ils y rencontrent, a menacé jeudi le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, dans les colonnes de "Het Laatste Nieuws".

"De Lijn" dispose de huit quais sous la gare. Les premiers froids poussent certains sans abris, notamment des transmigrants selon le ministre N-VA, à trouver refuge à cet endroit. M. Weyts déplore les déchets qui s'accumulent, les abris de fortune pour dormir, voire des vols, affirme-t-il.

"De Lijn fait tout son possible. Le service de sécurité est mobilisé, chaque incident est signalé à la police des chemins de fer et il y a une concertation permanente. Mais De Lijn est locataire et ne peut donc pas élaborer de solution structurelle", a expliqué le ministre.

Attente d’un permis

La Région flamande voudrait aménager un terminal hors de la gare. Elle a prévu un budget de 2,1 millions d'euros mais elle attend toujours de recevoir un permis de la Région. Ben Weyts a écrit à ses collègues bruxellois pour réclamer un traitement plus rapide du dossier, retardé pour le moment en raison des pourparlers sur la vente du CCN, accolé à la gare. "Soit nous agissons ensemble, soit le service de De Lijn à la Gare du Nord ne sera plus garanti", a averti le ministre.

Si la menace est mise à exécution, cela signifierait que les passagers pourront descendre du bus à la Gare du Nord mais devront par contre monter dans celui-ci à un autre arrêt, en principe celui de la place Rogier.