Environnement : laissez donc ces feuilles mortes par terre !

L’automne est désormais bien installé dans nos contrées et le contexte est idéal pour permettre aux ramasseurs de déchets verts d’entraîner leurs muscles.  Mais, comme le rappelle le site DaarDaar,  nous faisons en réalité énormément d’efforts pour nous débarrasser de l’une des matières premières les plus précieuses qui soient.

Bien que le houmous, cette préparation à base de pois chiches, gagne énormément en popularité en tant qu’en-cas à l’heure de l’apéro, c’est de l’humus que nous traiterons ici, c’est-à-dire de déchets morts d’origine animale ou végétale.

L’automne est désormais bien installé dans nos contrées et le contexte est idéal pour permettre aux ramasseurs de déchets verts d’entraîner leurs muscles. Jeunes et moins jeunes rassemblent feuilles et morceaux de branches tombés des arbres pour en faire des tas ou paient le prix fort pour acheter des sacs à déchets verts. La plupart d’entre nous s’adonnent à cet exercice en mode sportif, en raclant les feuilles manuellement, bien qu’il soit de plus en plus tendance de terroriser tout le quartier avec des souffleurs de feuilles. Je dois bien l’admettre : on se sent fort avec une machine d’une telle puissance en main et sur le dos, on se prendrait volontiers pour Bruce Willis – en un peu moins costaud la plupart du temps -, avec un pseudo-bazooka. Encore un peu et on pourrait s’entendre dire « Yippee-ki-yay ».

Ce dont nous ne nous rendons pas compte, c’est que nous faisons énormément d’efforts pour nous débarrasser de l’une des matières premières les plus précieuses qui soient.

Les plantes, les arbustes, mais surtout les arbres sont de gigantesques pompes qui aspirent des nutriments profondément enfouis pour les stocker dans leurs feuilles, entre autres. Lorsqu’elles tombent, ces feuilles enrichissent année par année la terre… à condition que nous nous abstenions de les ramasser. Ces feuilles, c’est de l’engrais gratuit. Chaque année, les ménages jettent des centaines de kilos de déchets de jardin. Des déchets qui n’en sont pas, donc. Chaque année, nous émettons des tonnes de CO² pour conduire ces déchets au parc à conteneurs avec notre propre voiture ou via un ramasseur.

Lire la suite de l'article sur le site de notre partenaire DaarDaar.be