SAMUEL ASHFIELD/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Le port de la ceinture n’a jamais autant été respecté

Le taux de port de la ceinture atteint 95,2% pour les personnes situées à l'avant de la voiture, selon les dernières mesures de l'institut Vias publiées dimanche. En 2003, ce taux n'était que de 56,6%. Les moins bons élèves sont les passagers arrière, qui ne sont que 86% à attacher leur ceinture et les conducteurs de véhicule utilitaire (85%).

"La progression est fulgurante en 15 ans", se réjouit l'institut de mobilité Vias. Passer de 57% à 95% en termes de taux de port de ceinture a permis d'éviter une quarantaine de tués ou blessés graves, estime-t-il. "Les usagers peuvent aussi être acteurs de leur sécurité", rappelle-t-il à l'occasion de la journée mondiale du souvenir des victimes de la route.

Que ce soit à l'avant ou à l'arrière, les femmes semblent plus promptes à attacher leur ceinture: 96,2% contre 94,4% chez les hommes.

Par ailleurs, la vitesse élevée est synonyme de port de ceinture. Sur l'autoroute, 96,2% des automobilistes s'attachent contre 92,8% dans les zones limitées à 30 km/h. "Certains conducteurs sous-estiment les conséquences possibles d'un accident à basse vitesse", relève Vias. "Pourtant, non-attaché, le risque de mourir existe dès 20 km/h." En outre, ces trajets sont souvent plus courts et les Belges invoquent fréquemment la courte distance pour justifier qu'ils ne portent pas leur ceinture.

Le conducteur assume également une responsabilité: lorsqu'il s'attache, 95,4% des passagers font de même alors que s'il ne respecte pas l'obligation, seuls 48% des passagers passent leur ceinture.

Porter sa ceinture réduit de 40 à 50% le risque d'être tué ou gravement blessé dans un accident, souligne Vias. Lorsqu'on est éjecté du véhicule, le risque de mourir est cinq fois plus grand que si la ceinture avait été passée.