Pourquoi le mouvement des "gilets jaunes" ne touche-t-il pas (encore) la Flandre ?

Vous l’aurez sans doute remarqué, et certains d’entre vous se posent peut-être la question : pourquoi ne voit-on pas de "gilets jaunes" au nord du pays ? Le porte-parole de l’organisation flamande des automobilistes VAB nous livre quelques éléments de réponse. 

On ne peut que difficilement passer à côté : la vague de protestation contre la hausse du prix du carburant, menée par le mouvement des "gilets jaunes", touche principalement la Wallonie. En Flandre et à Bruxelles, les tarifs sont pourtant tout aussi élevés. 

Pour expliquer l'ampleur du phénomène au sud du pays, beaucoup avancent la proximité, linguistique et géographie, avec la France, où est né ce mouvement. Mais selon Maarten Matienko, porte-parole du VAB, d'autres facteurs expliquent l’absence de grogne au nord du pays.

"Tout d’abord, les salaires sont plus élevés en Flandre qu’en Wallonie. A la fin du mois, les personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts dans le sud du pays ressentent donc davantage les prix élevés à la pompe", explique-t-il.

Parallèlement, il y aurait, selon Maarten Matienko, plus de voitures de société en Flandre, et donc plus de personnes bénéficiant d’une carte essence aux frais de l’employeur.

Autre fait non négligeable: les Wallons sont aussi davantage dépendants de leur véhicule. "Au sud du pays, les gens vivent plus loin de leur lieu de travail, et doivent donc faire des distances plus longues", indique le porte-parole du VAB. "Ils effectuent souvent ce trajet en voiture, car le réseau des transports en commun y est moins développé. Le vélo aussi est à peine utilisé", souligne-t-il encore.

Enfin, la hausse du prix du diesel, qui a dépassé celui de l’essence, entre également en jeu. "En Flandre, cela fait quelques années qu’une politique dissuasive du diesel est menée, ce qui a engendré une diminution du nombre de voitures utilisant ce carburant", précise Maarten Matienko. "La situation est différente en Wallonie, où de nombreuses personnes roulent encore dans de vieilles voitures diesel, des véhicules qui consomment plus que les nouveaux modèles", conclut-il.