Theo Francken limite à 60 le nombre de demandes d’asile par jour

Depuis jeudi, l'Office des étrangers n'accepte plus que 50 à 60 demandes d'asile par jour, sur ordre du Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA). C’est ce que rapportent les quotidiens La Libre Belgique, La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws. La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés estime que cette limitation provoquera une saturation anticipée du réseau d’accueil.

Au-delà de cette limite du nombre de demandes d’asile par jour, les personnes qui se présenteront aux bureaux de l'Office des étrangers (OE), en plein déménagement, seront priées de revenir plus tard. La priorité est donnée aux personnes dites vulnérables.

"Nous sommes très inquiets face à la hausse des demandes d'asile et nous devions agir. Le scénario de 2015 ne peut se répéter. Je ne permettrai pas cela", commente le Secrétaire d'État à l’Asile et la Migration. Cette décision vise à anticiper une potentielle nouvelle crise d'asile et soulager le réseau Fedasil, l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile.

"Nous sommes saturés depuis plusieurs semaines", atteste Benoît Mansy, porte-parole de Fedasil. Des policiers seront dépêchés devant les bâtiments de l'OE pour garantir le maintien de l'ordre et encadrer les files d'attente. D'après la zone de police de Bruxelles-Capitale¬-Ixelles, à la fin du premier jour de cette nouvelle mesure, aucun incident ou débordement n'a été signalé.

"Une mesure qui sature le réseau d’accueil"

La limitation du nombre d'enregistrements de demandeurs d'asile provoque une saturation anticipée du réseau d'accueil, estimait ce vendredi Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. La porte-parole de l'Office des étrangers a confirmé cette adaptation sur ordre du secrétaire d'État à l'Asile et la Migration.

La priorité est donnée aux personnes vulnérables dont les familles, les malades et les personnes âgées, précise la porte-parole. "Depuis juillet dernier, le nombre de demandes d'asile augmente régulièrement et en novembre, 2.750 personnes ont introduit une demande", détaille l'Office des étrangers. "Ces dernière semaines, on a enregistré entre 100 et 110 personnes par jour. Cette hausse est notamment due à un afflux de Palestiniens qui fuient la bande de Gaza depuis le mois d'août. Depuis octobre dernier, ils sont la deuxième nationalité la plus représentée parmi les demandeurs d'asile après les Syriens, ce qui est inédit. Outre les Afghans et Irakiens, nous enregistrons également des demandes d'asile de personnes issues d'Amérique latine, ce qui n'était pas le cas en début d'année."

Cette limitation a déjà un impact sur l'accueil à la Porte d'Ulysse, le centre d'hébergement de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés à Haren, explique Mehdi Kassou. "Des personnes qui auraient dû être réparties dans le réseau d'accueil Fedasil, après leur enregistrement à l'Office des Etrangers, se retrouvent sans solution d'hébergement et viennent à la Porte d'Ulysse. Dans les jours qui viennent, nous nous attendons à une hausse de 10%. A l'arrivée de l'hiver, cette restriction d'enregistrements à l'Office provoque une saturation anticipée du réseau d'accueil."

Laurie Dieffembacq