Maggie De Block s'attaque aux avantages ONSS octroyés aux clubs de football et aux footballeurs

La ministre des Affaires sociales Maggie De Block (Open VLD) avait menacé de prendre des mesures si le monde du football ne réagissait pas face au récent scandale de fraudes présumées qui a éclaté au grand jour le 10 octobre. Elle est actuellement occupée à préparer une proposition concrète en ce sens: limiter ou annuler les avantages dont bénéficient les clubs et les joueurs en matière de cotisations sociales (ONSS).

La ministre des Affaires sociales Maggie De Block (Open VLD) ne pense pas que les clubs de football vont réagir après le récent scandale de fraude. "J'ai l'impression que le monde du football se préoccupe surtout de ses propres affaires et non pas des réformes promises", a déclaré la ministre à la VRT.

Lorsque le scandale dans le monde du football avait éclaté, Marc Coucke et Pierre François, respectivement président et CEO de la Pro League, étaient venus au Parlement pour annoncer qu'ils allaient prendre des mesures face aux mauvaises pratiques dans le milieu du football. Leur message était clair : ne touchez pas aux avantages légaux, sinon vous allez créer un cimetière économique dans un secteur qui fournit du travail à de nombreuses personnes et de la détente à de nombreuses autres.

La Pro League avait promis de présenter avant le 17 décembre une proposition de réforme en profondeur mais n’est finalement parvenue qu’à présenter un règlement sur les agents de joueurs. Pour la ministre des Affaires sociales ce n’est pas suffisant. "Pour l'instant, la réforme reste très discrète. La Pro League ne semble pas prendre le taureau par les cornes. Bien au contraire. Ce que j'ai vu au cours de la semaine dernière va dans la mauvaise direction" estime encore la ministre.

J'avais demandé un signal, mais il n'est pas venu

Maggie De Block cite une série d’exemples. "Un CEO qui est discrédité mais qui reste membre du panel d’experts sur les réformes, un agent de joueur inculpé qui devient un repenti, un arbitre inculpé qui reprend son travail au sein de l’Union belge. Ce sont des éléments qui font douter sur leurs bonnes intentions. J'ai l'impression que le monde du football se préoccupe surtout de ses propres affaires et non de la réforme promise. J'avais demandé un signal, mais il n'est pas venu", justifie la ministre.

"Comme cela manque toujours de résultats concrets, j'ai chargé mes services de dégager un projet pour déconstruire ou annuler les avantages dont bénéficient les clubs et les joueurs en matière de cotisations sociales (ONSS). Les joueurs, malgré des salaires parfois mirobolants, ne paient des cotisations ne dépassant pas un plafond de quelques centaines d'euros par mois.