Juliana Lumumba : "Nous avons le droit de connaître la vérité sur l'assassinat de mon père"

Durant toute sa vie Juliana Lumumba (63 ans) a été confrontée à des interrogations : comment et pourquoi son père, Patrice Lumumba, a-t-il été assassiné, et pourquoi les auteurs n’ont-ils pas encore été punis ? Aujourd'hui, elle espère surtout que la Belgique et le Congo puissent enfin tourner la page afin de construire un nouvel avenir commun. L’équipe de Canvas, qui a réalisé la série documentaire "Les enfants de la colonisation", a rencontré Juliana Lumumba à Kinshasa.

Juliana Lumumba est la fille unique de Patrice Emery Lumumba, qui a été le "premier" Premier ministre du Congo indépendant. 

Juliana Lumumba a reçu les journalistes de la VRT dans  sa maison familiale au boulevard du 30 Juin, à Kinshasa. Le lieu est symbolique, puisque c'est là que, quelques mois après l'indépendance en 1960, son père a été assigné à résidence par Joseph Mobutu, qui avait pris le pouvoir à la suite d'un coup d’Etat. Patrice Lumumba sera assassiné six mois plus tard à Elisabethville (Lubumbashi), le 17 janvier 1961.

Juliana Lumumba avait été envoyée en Egypte avec ses frères, quelques mois avant la mort de son père, alors qu’elle n’avait que 5 ans. On leur avaient donné de faux passeports égyptiens avec des noms d’emprunts. Durant toute sa jeunesse, elle portera le nom de Fatima Abd-El-Aziz. Sa mère ne pourra les rejoindre en Egypte que deux ans plus tard. Son père restera son ange gardien, même aujourd’hui, 58 ans après sa mort.

Chargement lecteur vidéo ...

Un nationaliste évolué

Patrice Lumumba était un évolué, un terme inventé par les Belges pour désigner les Congolais qui avaient reçu une certaine formation et qui pouvaient montrer qu'ils étaient occidentalisés. Lumumba avait fait des études et pensait que cela se traduirait par une égalité entre blancs et noirs. "Mais beaucoup de promesses n'ont pas été tenues", ajoute Juliana Lumumba.

Lumumba remporte les élections en mai 1960 avec son parti nationaliste MNC (Mouvement National Congolais). "Ses idées ont été adoptées parce qu'elles reflétaient les espoirs et les attentes de la population. Les gens l'oublient parfois. Il était aussi un panafricain, menant à bien l'autodétermination des peuples noirs partout en Afrique et dans le monde".

Le célèbre discours du 30 juin 1960

Alors que des émeutes éclatent au Congo, la Belgique organise une table ronde à Bruxelles en janvier 1960 avec des dirigeants congolais, dont Patrice Lumumba. La date pour l’indépendance y est annoncée à la surprise générale, 5 mois plus tard : le 30 juin 1960.

Juliana Lumumba évoque le célèbre discours de son père, lors de la cérémonie d’indépendance au Palais de la Nation à Léopoldville. Lumumba n’a pas hésité à y dénoncer les abus du régime colonial.
 

Chargement lecteur vidéo ...

Mais, ajoute Juliana Lumumba, on n’a retenu que le côté négatif de ce discours. "On a oublié que mon père avait aussi une vision pour l’avenir du Congo". Elle le cite : "Nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur. (...) Nous allons montrer au monde ce que peut faire l'homme noir quand il travaille dans la liberté, et nous allons faire du Congo le centre de rayonnement de l'Afrique toute entière."

Chargement lecteur vidéo ...

"Le Chaos après l’indépendance était un coup monté"

Selon Juliana Lumumba, les Belges, et en particulier le général Emile Janssens, ainsi que l'homme politique sécessionniste du Katanga, Moïse Tshombe ont provoqué le chaos après l'indépendance. L’assassinat de son père a laissé de profondes cicatrices, car le gouvernement belge n'a jamais reconnu son rôle, n'a jamais puni personne et ne s'est jamais vraiment excusé. (ndlr. Même si en 2002, le ministre belge des Affaires étrangères, de l'époque, Louis Michel a présenté, au peuple congolais et à la famille de Patrice Lumumba, les excuses de la Belgique "pour la douleur qui leur a été infligée").

Juliana Lumumba n’a pas voulu répondre à la question de savoir si elle avait l’intention d’intenter un procès à l’Etat belge. L'ancien gendarme belge Gérard Soete a admis en 1999 qu'il était impliqué dans l’assassinat, et qu’il avait été chargé de faire disparaître le corps. Sa preuve : il possédait encore quelques dents qui auraient appartenu à Lumumba. Juliana Lumumba ne désire pas les récupérer. Elle ne réclame pas non plus de vengeance. Pour elle, tout ça ne fera pas revenir son père. La fille du leader ne cesse de répéter qu'elle ne veut connaître que la vérité.

"Lumumba est toujours vivant"

Pour Juliana Lumumba, son père n'est pas mort. Il continue à vivre dans l'espoir des Congolais et dans toutes sortes de symboles. "Il y a des rues en Iran qui portent son nom, à Alexandrie, en Algérie, au Mozambique, en Angola, à Leipzig et à Berlin... Le fait qu'il y ait maintenant aussi une place Lumumba à Bruxelles est une chose pour laquelle les Congolais de la diaspora se battaient depuis des années. En fait, cela signifie aussi que la Belgique et le Congo acceptent enfin consciemment leur difficile histoire commune.

Chargement lecteur vidéo ...

Printemps africain

Juliana Lumumba se dit touchée par les jeunes qui voient en son père un exemple pour leurs mouvements de citoyens. Elle est souvent en contact avec eux, bien qu'elle ne veuille pas prendre de position politique. "Ces jeunes disent eux-mêmes : Résistons à l'oppression et à la corruption, retroussons nos manches et rejetons les chaînes de notre esclavage moderne. Quand je les vois, je pense que mon père n'est pas mort pour rien."