Foto Kurt

La frégate Louise-Marie de retour en Belgique après des mois de mission

La frégate de la Marine (photo archives) a rejoint ce vendredi matin son port d'attache, Zeebrugge, après une mission de quatre mois et demi, qui clôture une année intense d'activités - 160 jours en mer - pour son équipage de 110 hommes et femmes. C’est ce qu’a annoncé la Défense. L’équipage aura maintenant droit à quelques semaines de vacances. “Il est très probable que nous allions manger des frites”, indiquait le commandant Kristof Van Belleghem dans l’émission “De ochtend” de Radio 1 (VRT).

Le bâtiment avait d'abord entamé en février un déploiement de deux mois en mer Méditerranée, lors duquel il a notamment participé à l'opération anti-terroriste Sea Guardian de l'Otan puis aux exercices "Dynamic Manta", dédiés à la lutte anti-sous-marine près de la Sicile, et "Joint Warrior", au large de l'Ecosse, a rappelé le service de presse de la Défense.

La frégate F931 Louise-Marie ("LoMa" pour les marins) a ensuite participé en juin à l'exercice "Mjoelner" en mer de Norvège, sous les ordres du capitaine de vaisseau Kristof Van Belleghem.

Elle a terminé son programme d'entraînement par le vaste exercice de l'Otan "Trident Juncture", du 25 octobre au 7 novembre, toujours au large de la Norvège, au sein d'une force permanente de l'Otan, le "Standing NRF Maritime Group One" (SNMG-1), qui appartient à la force de réaction rapide de l'Alliance atlantique. Cette force comprend 50 navires et 50.000 membres d’équipages au total.

“Ne pas se laisser intimider”

Dimanche dernier, le navire Godetia de la marine belge a été confronté à des bombardiers russes armés qui survolaient à basse altitude. Ce n’était pas un fait exceptionnel, expliquait ce vendredi matin le commandant Van Belleghem. “Nous avions eu la même chose la veille. En tant que frégate, nous sommes un peu mieux équipés avec nos systèmes radars. Raison pour laquelle nous avons été prévenus un peu plus tôt. Nous disposons aussi de plus de moyens pour nous défendre, si nécessaire".

La présence russe est une constante, précise le commandant belge. "Pendant tous les exercices et déploiements de cette année passée nous avons eu des contacts avec des unités russes, qui étaient dans les parages. On constate que la marine russe tente d’être très présente dans les eaux internationales, que ce soit en Mer Méditerranée ou au nord de la Norvège. Il faut toujours en tenir compte".

"D’autre part, nous essayons en tant que navires de l’Otan de poursuivre nos exercices aussi bien que possible. Cela montre que nous sommes prêts à gérer des situations présentant des risque et que nous ne nous laissons pas intimider", concluait le commandant Kristof Van Belleghem.

Pendant que l’équipage du Louise-Marie bénéficiera de quatre semaines de vacances, puis de formations, c’est la frégate Léopold Ier qui reprendra ses opérations.