"Une note interprétative ne suffira pas, c'est le pacte lui-même qui est problématique" prévient Jan Jambon

Une note interprétative jointe au Pacte de l'Onu sur les migrations ne suffira pas à apaiser l'opposition de la N-VA, a prévenu lundi le vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon, à son arrivée au bureau du parti. "C'est le pacte lui-même qui est problématique", a-t-il ajouté.

La survie du gouvernement Michel est engagée sur ce dossier: le MR, le CD&V et l'Open VLD veulent approuver ce premier texte mondial pour des "migrations sûres, ordonnées et régulières", tandis que la N-VA s'y refuse.

Le Premier ministre Charles Michel (MR) aurait préparé une proposition pour sortir de l'impasse, après concertation avec des collègues européens.

Lundi, plusieurs figures de la N-VA, comme le ministre-président flamand Geert Bourgeois ou le chef de groupe à la Chambre Peter De Roover, assuraient que leur parti voulait éviter une chute du gouvernement. Jan Jambon était de ceux-là également. "Nous ne misons pas sur la chute du gouvernement. Il s'agit ici d'un problème avec le pacte migratoire lui-même".