Des directeurs d’écoles portent plainte contre le manque d’enseignants

Une vingtaine de directeurs d’écoles flamands ont porté plainte auprès du commissaire aux droits de l’enfant, Bruno Vanobbergen, parce que le manque criant d’enseignants ne permet pour l’instant plus de donner à tous les élèves l’attention et l’enseignement auxquels ils ont droit. C’est ce qu’indiquent les quotidiens Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen. "La situation est catastrophique, et les mesures qui ont été prises ne suffisent pas", expliquent les directeurs.

En cette période de l’année où un nombre accru d’enseignants sont absents pour maladie, les directeurs d’école s’arrachent souvent les cheveux pour leur trouver des remplaçants. "Les droits de l’enfant sont bafoués, certainement s’ils ont besoin d’une attention particulière", indique l’Association des directeurs de l’enseignement flamand (VLVO), qui représente 1.200 directeurs. Cette dernière a envoyé une lettre modèle aux directeurs d’établissements, afin qu’ils puissent porter plainte.

L’Association enregistre aussi toutes les pénuries d’enseignants en Flandre. Entretemps, une vingtaine de directeurs ont déjà déposé plainte auprès du commissaire flamand aux droits de l’enfant, et 200 écoles ont signalé un problème réel de remplacement d’enseignants absents.

"Le droit à l’enseignement ne peut plus être garanti dans beaucoup d’écoles parce qu’elles ne trouvent pas de remplaçants", indiquait Marie-Jeanne Baelmans de la VLVO à la rédaction de la VRT. "La situation est catastrophique, dans tant d’écoles. Les droits de l’enfant sont ainsi bafoués".

BELGA/VAN ASSCHE

Le commissaire aux droits de l’enfant Bruno Vanobbergen (photo) va étudier comment réagir aux lettres des directeurs. Marie-Jeanne Baelmans espère aussi voir une réaction du monde politique. "Espérons que le fait qu’il y ait tellement de plaintes introduites permette de placer le sujet plus haut à l’agenda politique".

La pénurie d’enseignants n’est pas un phénomène récent. "Il n’est plus midi moins cinq, mais midi cinq", estime Baelmans. "Depuis le début de la législature, nous parlons de cette pénurie. On a tenté d’y remédier avec le projet de plateforme d’enseignants, mais ce n’est pas suffisant".

Cette plateforme permet aux enseignants (et surtout aux profs débutants) d’avoir un contrat temporaire pendant au moins une année scolaire pour effectuer des remplacements dans les écoles qui en ont besoin.

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V), a déjà pris diverses initiatives pour améliorer le métier d’enseignant. L’an prochain, une campagne sera également lancée pour rendre ce métier plus attrayant en Flandre.