"L’attitude de la N-VA dans la crise gouvernementale va compliquer les négociations à Anvers"

"L’attitude des nationalistes flamands dans la crise gouvernementale sur le Pacte de l’Onu sur les migrations va rendre les négociations en vue d’une coalition entre le SP.A et la N-VA difficiles", a déclaré le président des socialistes flamands John Crombez. La N-VA a lancé hier sur les réseaux sociaux une campagne controversée sur la migration. "La N-VA n’est plus un parti de gouvernement mais une agence de communication" a ajouté John Crombez. "Le côté malsain de cette campagne ne fait que compliquer les négociations à Anvers".

La crise au sein du gouvernement fédéral pourrait bien avoir des répercussions jusqu’à l‘hôtel de ville d’ Anvers. C’est en tous cas ce que semble montrer la réaction du président du SP.A John Crombez. A Anvers, le SP.A et la N-VA ainsi que l’Open VLD ont accepté de s’assoir autour de la table pour négocier la formation d’une nouvelle coalition.

Hier, la N-VA a publié une campagne controversée sur les médias sociaux, qui a fait déclarer à Filip Dewinter (Vlaams Belang) qu'il pourrait en être l'auteur. Plus tard, la N-VA a retiré cette campagne, parce qu'elle était "devenue elle-même l'objet d'un débat politique".

"La N-VA n’est plus un parti de gouvernement mais une agence de communication", a réagi John Crombez. "La campagne N-VA d'hier était malsaine. Cela rend les choses plus difficiles. Nos représentants se sont réunis autour de la table pour changer la politique sociale à Anvers. Le côté malsain de cette campagne ne fait que rendre les choses plus difficiles.

Néanmoins, le SP.A ne quittera pas pour l'instant la table des négociations à Anvers : "Des discussions de fond sont en cours", a encore déclaré John Crombez.