Chaque euro reçu par la VRT génère 2,5 euros pour la société

La radio-télévision flamande de service public apporte une plus-value sociétale importante. Telle est la conclusion d'une étude de la VUB et de la KU Leuven, commandée par la chaîne publique. "La VRT n'apporte pas seulement une plus-value sociale, mais aussi économique".

La VRT a reçu en 2016, une dotation de 267 millions d’euros du gouvernement flamand. L’étude montre que chaque euro investi par la Flandre dans la chaîne de service public a rapporté beaucoup plus : l'impact économique total de la VRT est de 670 millions d'euros. Ce qui signifie que chaque euro investi génère près de 2,5 euros au sein de l’économie.

"Cela vient du fait que pour de nombreuses productions audio-visuelles, nous faisons appel à des producteurs extérieurs qui créent donc une plus-value économique" a déclaré l’administrateur délégué de la VRT Paul Lembrechts. Mais inversement, en réduisant encore la dotation de la VRT, cela signifierait 2,5 euros de moins en retour pour chaque euro économisé".

Un levier pour l’innovation

Cette étude montre aussi que la VRT remplit son rôle de levier pour l'innovation par le biais de projets innovants. L'année dernière, la chaîne publique a ainsi réalisé 13 projets de recherche en collaboration avec, entre autres, des partenaires médias et des universités flamandes et internationales. Il y a aussi VRT Sandbox, le département interne de la VRT qui travaille avec les start-ups et les PME sur l'innovation médiatique. Les entreprises peuvent y tester de nouveaux produits et services. "Cette coopération est couronnée de succès", déclare Paul Lembrechts. "Les partenaires de Sandbox ont réuni 19,7 millions d'euros de nouveaux capitaux entre 2015 et 2017".

L'étude montre clairement que la VRT est également un moteur pour le secteur de la production flamande, par exemple pour la réalisation de fictions de qualité, des fictions pour enfants et des documentaires. "En augmentant le niveau de qualité de la production, la fiction flamande trouve des débouchés sur le marché international. Que l'on songe à des séries comme Tabula rasa ou Salamander", ajoute Paul Lembrechts. "De cette manière, des moyens supplémentaires reviennent à la Flandre qui à son tour réinvestira dans le secteur de la production.

Il est aussi frappant de constater que la VRT joue un rôle crucial sur le marché de la publicité en radio. Les recettes de la VRT provenant de la publicité à la radio sont plafonnées. Jusqu'à récemment, la VRT dépassait ce plafond, mais n'était pas autorisée à conserver ces recettes. Les chercheurs ont à présent examiné ce qui se passerait si le radiodiffuseur public respectait continuellement ce plafond en matière de publicité.

"Une limitation du temps d'antenne pour les spots publicitaires et une baisse des prix auraient un effet négatif sur la croissance du marché publicitaire", explique Dirk Wauters, chercheur à la KU Leuven. "Tous les radiodiffuseurs en souffriraient, y compris les stations de radio commerciales comme Qmusic et Joe. Cela signifierait une perte pour l'ensemble des radios".