Nouvel incident diplomatique entre la Belgique et l’Espagne à l’horizon ?

Le gouvernement à Madrid est agacé par les tweets du nouveau ministre belge de la Défense Sander Loones (N-VA, photo) sur la question catalane, indique le quotidien De Tijd ce jeudi. Le différend pourrait tourner à l'incident diplomatique.

C'est une série de messages postés sur Twitter par le nouveau ministre N-VA le week-end dernier, à propos de la grève de la faim annoncée par deux figures politiques catalanes incarcérées, qui a mis le feu aux poudres.

"Déjà enfermés depuis plus d'un an. Sans avoir été condamnés. Le juge espagnol ne traite même pas leur dossier. Afin d'éviter que la Cour des droits de l'Homme ne se prononce. Maintenant, ils sont obligés d'entamer une grève de la faim. Aucun démocrate ne peut se taire là-dessus", a tweeté le ministre nationaliste.

Des remarques qui ne sont pas passées inaperçues. "Le ministre belge a fait des déclarations qui sont pour nous inadmissibles. Une réponse de notre côté ne manquera pas", a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell au journal espagnol El País, en marge d'une rencontre à l'Otan.

Les tensions entre l'Espagne et la Belgique s'étaient déjà amplifiées en octobre, lorsque le ministre Borrell avait décidé de retirer le statut diplomatique au représentant de la Flandre à Madrid après des déclarations "négatives" du président du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA).

D’après le gouvernement espagnol, Peumans aurait "insulté" l'Espagne dans une lettre adressée à Carme Forcadell, l'ancienne présidente du Parlement catalan actuellement en détention. D’après un quotidien espagnol, Peumans aurait également comparé l’Espagne à la Bosnie des années 90 lors de l’ouverture d’une exposition au Parlement flamand.

Le président du parlement flamand avait alors dénoncé la mesure espagnole et parlé d'un "grossier mensonge".