Il n’y aura pas d’île devant la plage de Knokke

Le Secrétaire d'Etat à la Mer du nord, Philippe De Backer, a retiré la zone du Plan définitif d'aménagement maritime approuvé vendredi par le conseil des ministres. Il n'y aura donc pas d'îlot artificiel "test" devant la plage de Knokke. Ce qui devrait satisfaire au moins le bourgmestre de Knokke-Heist, le comte Léopold Lippens, qui avait lancé en août une grosse offensive contre le projet.

Le gouvernement flamand voulait, grâce à cet îlot, examiner s'il était possible de créer une île artificielle devant la cité balnéaire afin de la protéger des tempêtes violentes. Le projet porté par le ministre de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) avait suscité la réaction virulente de la commune de Knokke-Heist, qui redoutait qu'une île artificielle ne fasse fuir les touristes parce qu'elle aurait transformé le littoral en un "canal morne et sans âme".

"La Flandre n'a pas pu démontrer dans le temps imparti par une analyse coût-bénéfice et un rapport d'incidences environnementales que cette île artificielle était le meilleur moyen de protéger notre Côte contre les tempêtes", a souligné Philippe De Backer.

"Je suis un scientifique: si les faits ne sont pas établis noir sur blanc, les autres possibilités doivent être d'abord examinées", a ajouté le Secrétaire d’Etat.

Le Plan d'aménagement prévoit donc toujours que le littoral doit être protégé, mais par d'autres moyens. Le ministre flamand estime au contraire que le Plan adopté n'empêche pas la création d'un îlot test.

Le Plan d'aménagement ne concerne pas que cette île. Il double également la capacité d'accueil d'éoliennes: actuellement de 225 km2, elle se voit adjoindre une autre zone de 281 km2. Les nouvelles éoliennes seront installées à l'ouest, à côté de la frontière française et ne seront pas visibles depuis la plage.

Des espaces seront prévus pour le déploiement d'activités commerciales et industrielles. L'aquaculture ne sera pas oubliée puisque des investisseurs ont aussi exprimé leur intérêt pour la culture d'algues et l'élevage de moules et d'huîtres.

"Nous pourrons ainsi faire de notre Mer du nord une gigantesque ferme marine", a souligné Philippe De Backer (photo). Le Plan entrera en application le 20 mars prochain.