Des élèves d’une école brugeoise menaçaient de perpétrer un attentat contre une classe de nouveaux arrivants

Plusieurs jeunes de l’école technique KTA de Bruges menaçaient de perpétrer un attentat contre une classe d’accueil pour enfants allophones (OKAN) au sein de leur établissement. L’information est révélée ce lundi par le quotidien Het Nieuwsblad. Le parquet a ouvert une enquête. 

Les élèves, âgés de 17 et 18 ans, tenaient un groupe fermé sur Facebook, dans lequel ils s’affichaient en tenue de combat et publiaient des photos d’armes. Ils y appelaient à mener une attaque contre la classe destinée à accueillir les nouveaux arrivants de leur école.

L’affaire a été révélée après qu’un conseiller a entendu l’un des élèves tenir des propos fascistes. Lors d’une discussion avec la direction, l’étudiant a révélé l’existence du groupe fermé, sur lequel des publications racistes étaient diffusées. Le groupe Facebook se faisait appeler "l’alliance de droite de la KTA".

Après avoir pris connaissance des faits, l’école a fait appel à la police, et le parquet a ouvert une enquête. Une perquisition a été menée au domicile de l’un des élèves. Des armes et une tenue militaire y ont été trouvés. Le père du garçon est un collectionneur d’armes et possède le permis nécessaire.

Le parquet de Bruges estime que les adolescents concernés jouaient aux durs. Les jeunes, qui ont été entendus par la police, auraient été choqués par l’intervention des autorités et seraient conscients d’avoir dépassé les bornes. L’école attend désormais les résultats de l’enquête.

En attendant, cinq élèves de l'athénée technique ont été suspendus par la direction pour 10 jours, "à titre préventif", pour propos racistes.