Jonas Roosens

Sander Loones, un nationaliste flamand qui n’a pas dit son dernier mot

Son mandat de ministre de la Défense n’aura duré que 27 jours. Mais sur les ondes de Radio 2 (VRT), Sander Loones affiche déjà son ambition "de continuer à jouer un rôle politique fort". L’ancien vice-président de la N-VA a notamment de grandes chances d’être désigné tête de liste en Flandre occidentale lors des élections du 26 mai.

Sander Loones avait prêté serment le 12 novembre dernier pour remplacer, à la tête de la Défense son collègue de parti, Steven Vandeput, devenu bourgmestre de Hasselt. Mais comme les autres ministres fédéraux et secrétaires d’Etat de la N-VA, il a dû démissionner de son poste dimanche, à la suite de la crise gouvernementale autour du Pacte de l’Onu sur les Migrations.

Sa désignation au poste de ministre de la Défense faisait office de véritable promotion. Jusque-là, Sander Loones était député européen et vice-président de la N-VA. A présent que son parti ne siège plus au gouvernement, l’élu de 39 ans se retrouve sans emploi. La vice-présidence de la formation est en effet désormais assurée par Lorin Parys, alors que son poste au Parlement européen a été repris par Ralph Packet.

Sander Loones ne regrette toutefois pas son court passage à la Défense. "Je suis content d’avoir pu vivre de près l’engagement des fonctionnaires et des militaires", a-t-il fait savoir.

Ambitions

Si rien n’est encore officiellement décidé, Sander Loones a de fortes chances d’être désigné tête de liste lors des élections fédérale, flamande et européenne de mai 2019. Il devrait a priori se présenter en Flandre occidentale, où le résultat de la N-VA n’était pas des meilleurs lors des communales d’octobre.

"J’ambitionne de continuer à jouer un rôle politique fort", a-t-il déclaré au micro de Radio 2. "Nous sommes toutefois un parti démocratique, et il faudra donc d’abord en discuter en interne", précise-t-il.