La pêche belge dans la tourmente

Le secteur belge de la pêche est confronté à d'importants défis. La flotte se réduit, vieillit et l'afflux de jeunes pêcheurs reste minime. Voilà certaines des constatations qui ressortent du rapport bisannuel sur la pêche du Département Agriculture et Pêche, présenté ce jeudi par la ministre flamande Joke Schauvliege.

Ces 15 dernières années, la flotte de navires professionnels s'est réduite de près de moitié. En 2002, on trouvait encore 130 navires de pêches, mais ce nombre est entretemps passé à 71 bateaux.

Trente-trois de ces navires font partie du segment "grande flotte". Il s'agit de bateaux équipés d'un moteur d'au moins 221 kW et spécialisés dans la pêche de soles et plies, deux espèces incontournables pour le marché flamand.

La flotte belge vieillit. Un navire a en moyenne 30 ans et cette flotte doit être modernisée. Peu de jeunes sont attirés par le métier de pêcheurs. Un tiers des 382 pêcheurs reconnus a au moins 45 ans et beaucoup d'entre eux jettent l'éponge après 40 ans.

Beaucoup de jeunes pêcheurs abandonnent après leurs premiers jours de pêche en raison de la charge que représente ce travail. Par ailleurs, la longue formation au métier décourage d’avance beaucoup de candidats.

IPBES/Split Second Stock/Shutterstock.com