Une coalition de pays promet des ambitions climatiques élevées, sans la Flandre

A la conférence de Katowice sur les changements climatiques (COP 24), une petite trentaine de pays a signé mercredi une déclaration appelant à accélérer le tempo dans la lutte contre le réchauffement climatique. Si les Pays-Bas et le Luxembourg, cosignataires d'une autre déclaration "Benelux" appelant l'Union européenne à faire montre de davantage d'ambition, ont aussi signé ce texte, la Belgique n'a pas (encore) été en mesure de le faire, en l'absence d'un accord du gouvernement flamand. La N-VA s’y oppose. Open VLD parle d’opportunité manquée.

L’un des buts de la conférence COP 24 en Pologne est de convaincre autant de pays que possible de faire preuve d’ambition pour contrecarrer les changements climatiques. Les combustibles fossiles doivent être abandonnés autant et aussi vite que possible et il faut passer dans les plus brefs délais à un nombre des sources renouvelables d’énergie.

La déclaration adoptée mercredi par une "High ambition coalition" a pour l'heure été signée par 26 pays parmi lesquels le Canada, le Costa Rica, le Danemark, Fidji, la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Espagne, le Royaume-Uni ou encore la Nouvelle-Zélande. Le Commissaire européen Miguel Arias Cañete a également signé le texte. La Belgique, elle, n'a pas été en mesure de le faire.

"Bruxelles, la Wallonie et le fédéral étaient d'accord avec le texte", a indiqué la ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem (photo principale, au centre). "La Flandre, elle, doit y réfléchir et n'a pas dit non". Il semble donc que la porte reste ouverte à une signature ultérieure de la Belgique.

Notre pays a pourtant remis mercredi à l'Onu Climat une déclaration ministérielle adoptée dans le cadre du Benelux appelant à une révision à la hausse, dans les trois mois, des ambitions climatiques européennes. Le contenu du texte, issu du dialogue Talanoa Benelux initié il y a plusieurs mois, va, dans les grandes lignes, dans le même sens que la déclaration des pays à l'ambition élevée, qui a donc été signée par les Pays-Bas et le Luxembourg.

La déclaration des pays à l'ambition élevée qualifie d'"avertissement sérieux" le dernier rapport spécial du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), selon lequel une limitation du réchauffement à 1,5°C est encore possible mais passera par une réduction des gaz à effet de serre de près de 50% d'ici 2030 par rapport à 2010. Ses signataires se disent aussi déterminés, dans des termes dépourvus d'ambigüité, à augmenter leur ambition climatique d'ici 2020, à relever leur niveau d'action à court terme et à soutenir davantage encore les pays en voie de développement.

La N-VA accusée de "freiner" l’engagement de la Belgique

Le député flamand Willem-Frederik Schiltz (Open VLD) a fustigé à Katowice l'attitude du gouvernement flamand, et singulièrement de la N-VA, accusés de "freiner" à nouveau et de "saboter". Le député flamand Bruno Tobback (SP.A) a qualifié pour sa part la situation de "gênante".

L’expert en énergie Andries Gryffroy (photo) a confirmé mercredi que son parti avait refusé de signer la déclaration adoptée hier par la "High ambition coalition", précisant cependant que ce n’était pas à cause de son contenu. "Le texte nous a été présenté ce matin et nous avions une demi-heure pour décider si nous allions l’approuver, ou pas. On ne peut prendre pareille décision en si peu de temps. Cela ne marche pas comme çà. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas approuvé le texte".

D’autre part, une dizaine de parlementaires belges, fédéraux et régionaux, ont publié un communiqué commun, à Katowice, appelant la Belgique à faire partie des pays les plus volontaristes dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce communiqué, co-signé par Jenny Baltus-Möres (Parlement de Wallonie, MR), Philippe Henry (Parlement de Wallonie, Sénat, Ecolo), Evelyne Huytebroeck (Parlement bruxellois, Ecolo), Annemie Maes (Parlement bruxellois, Sénat, Groen), Hermes Sanctorum (Parlement flamand, indépendant), Willem-Frederik Schiltz (Parlement flamand, Open VLD), Edmund Stoffels (Parlement de Wallonie, PS), Bruno Tobback (Parlement flamand, SPa) et Véronique Waroux (Parlement de Wallonie, Sénat, CDH), les parlementaires insistent sur le respect "de la résolution interparlementaire sur le climat adoptée récemment à de très larges majorités par l'ensemble des parlements de Belgique, et saluée pour son ambition et son volontarisme".

Cette résolution interparlementaire demande notamment à l'Union européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre au-delà de l'objectif déjà convenu de -40% d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990. Ces parlementaires jugeaient également "incontournable" un soutien de la Belgique à un relèvement du niveau d'ambition en suivant l'appel de la "High Ambition Coalition".