"On se retrouve avec deux partis : le PS et la N-VA qui veulent aller au plus vite aux élections"

Le vice-premier ministre Open VLD, Alexander De Croo, espère que le gouvernement minoritaire orange-bleu pourra rapidement trouver un accord avec la N-VA, l'ancien partenaire de la coalition pour achever le travail du gouvernement dans les prochains mois. "Mais ce choix est aujourd'hui entre les mains de la N-VA", a-t-il déclaré, ce samedi matin, dans l’émission "De ochtend" (VRT). "Mais si on ne travaille pas ensemble d'une manière logique et constructive, la N-VA choisira les élections".

Depuis une semaine, notre pays a un gouvernement minoritaire après la démission des ministres N-VA. Seuls restent l’Open VLD, le MR et le CD&V, mais ces partis ne disposent pas la majorité au parlement. Pour chaque dossier, ils auront donc besoin du soutien de l'opposition, par exemple pour approuver le budget.

Pour ce soutien, on pense d’abord à l’ancien partenaire de la coalition la N-VA. Mais ce parti – ainsi que les autres partis de l’opposition - veulent que le Premier ministre Charles Michel demande d'abord la confiance au parlement. Le président Bart De Wever a même brandi la menace d’élections anticipées hier lors de l'émission "De afspraak op vrijdag" et a traité Charles Michel de "marionnette".

Selon le Vice-Premier Ministre Alexander De Croo (Open VLD), le soutien doit venir de la N-VA. "En fait, la N-VA devrait dire : "Nous allons terminer avec vous ce que nous avons commencé ensemble ces derniers mois. Si cela ne se fait pas et s'il n'y a pas de coopération constructive logique, la N-VA optera pour des élections.

Alexander Croo se dit surpris de "la rapidité avec laquelle la N-VA et le PS se sont retrouvés", a-t-il ajouté. "Vous obtenez soudain un axe N-VA/PS au parlement qui semble vouloir aller aux élections le plus tôt possible. Celui qui en est le plus heureux est Elio Di Rupo (le président du PS ndlr). Depuis des années, il veut prouver que la politique de la coalition suédoise ne doit pas être poursuivie.

Le vice-premier ministre espère qu'un accord pourra être trouvé pour continuer à travailler sur le pouvoir d'achat et la création d'emplois. "Si nous voulons obtenir de bons résultats, nous devons prendre nos distances par rapport aux petits jeux politiques et à ce qui se trouve dans les journaux.

"Le seul moyen de sortir de l'impasse serait que le Premier ministre et Bart De Wever se téléphonent. Qu'une personne décroche le téléphone et que nous comprenions ce qu'il est possible de faire l'un pour l'autre. Il serait facile de sortir ainsi de l'impasse."

Si le gouvernement minoritaire survit, nous le saurons la semaine prochaine. "La question est entre les mains de la N-VA", ajoute Alexander De Croo. "Si nous laissons le travail du gouvernement à l'état brut, de très nombreuses personnes seront déçues de ce que ce gouvernement a voulu faire. Mais c'est un choix qui revient à la N-VA aujourd'hui".