La N-VA reste le plus grand parti de Flandre, Groen réalise une belle avancée

S’il devait y avoir des élections aujourd’hui, la N-VA resterait le plus grand parti en Flandre, avec un peu moins de 30 % des voix. L'Open VLD semble à nouveau en hausse. Sur la gauche, Groen poursuit sa progression, tandis que le SP.A reste en dessous de la limite de 10 %. C'est ce qu’indique le baromètre politique réalisé pour la VRT, De Standaard, la RTBF et La Libre. Ce sondage a été mené entre le 19 novembre et le 8 décembre, soit avant que la N-VA ne quitte le gouvernement Michel.

La NV-A descend en dessous des 30%, d’après ce sondage mais reste incontournable en Flandre, avec 28,3% avec 4,1 % de moins que lors des élections de mai 2014. Dix points de pourcentage séparent les nationalistes flamands du CD&V (18,7%) et de l'Open VLD (17,5%). Le CD&V revient au même niveau qu'en mai 2014 et serait la deuxième formation politique en importance. Quant à l’Open VLD, il fait 2% de mieux qu'en 2014, mais cette augmentation se situe dans la marge d'erreur.

Dans l'opposition, les changements sont plus importants. Avec 16 pour cent, Groen est aujourd'hui le quatrième plus important parti en Flandre, soit une augmentation de pas moins de 7,4 % par rapport à mai 2014. Malgré une cure d’opposition, le SP.A ne parvient pas à décoller : les socialistes flamands restent bloqués à 9,2%, soit 4,8% de moins que lors des précédentes élections législatives.

Le Vlaams Belang améliore légèrement son score et se situe maintenant à 7,6% (+1,8%). En Flandre, le PVDA ne semble pas bénéficier des troubles sociaux actuels et n’obtiendrait que 2,5%, soit en dessous du seuil électoral de 5%.
Il n'y a pas donc vraiment de changements majeurs dans le rapport de forces en Flandre. Pourtant, 28 % des personnes interrogées ont indiqué qu'elles avaient changé de parti. Le fait que l'enquête ait été menée pendant une période de crise politique a certainement joué un rôle. Il convient également de noter que la démission des ministres N-VA du gouvernement Michel aurait pu influencer les intentions de vote, mais cet effet n'est pas inclus dans cette enquête, le sondage ayant été réalisé avant cette démission.

Une autre caractéristique frappante est la grande fidélité des électeurs pour le Vlaams Belang. Pourtant 18 % des électeurs disent avoir changé d'avis. La N-VA semble être le plus important fournisseur de nouveaux électeurs du parti d’extrême droite : un cinquième des électeurs du VB ont indiqué avoir voté pour la N-VA la dernière fois.
 

En Wallonie la coalition orange bleue perd des plumes, Ecolo plus grand parti à Bruxelles

En Wallonie, l'actuelle orange bleue (MR-CDH) perd des plumes et atteint à peine la barre des 30%. Le MR (19,9%) est désormais talonné par les écologistes en pleine forme (19,7%). Le PTB reprend des couleurs (14%) au contraire de Défi (3,3%) qui ne perce pas au sud du pays.

A Bruxelles, Ecolo confirme son bon scrutin d'octobre et décroche 19,1%, selon le sondage. Le parti passe devant le MR (17,4%) et le PS (15,8%). Avec 5,6%, le CDH frise le seuil d'éligibilité.