Encore 550 militaires en rue jusqu’en février

Le gouvernement fédéral maintiendra encore 550 militaires pour des missions de surveillance en rue, à des endroits spécifiques de risque accru, certainement jusqu’au début du mois de février. C’est ce qu’a décidé le conseil des ministres jeudi.

Depuis le début de 2015, des militaires soutiennent la police dans diverses missions de surveillance, dans le cadre de l’opération « Vigilant guardian ». Les soldats patrouillent en rue dans les plus grandes villes et montent la garde à certains endroits présentant un risque accru d’attaque ou d’actes de terrorisme.

Au début de cette année, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) ramenait le niveau de la menace en Belgique de 3 à 2, hormis à certains endroits spécifiques. Le gouvernement fédéral décidait alors de réduire progressivement le nombre de militaires qui patrouillent en rue.

Depuis le mois de juillet, ils sont encore 550, alors qu’ils ont été 1.800 militaires en rue au moment où la menace terroriste pesait le plus lourd sur le pays. Une nouvelle analyse de la menace, réalisée le 11 décembre dernier, a mené au maintien du niveau de menace à 2, à l’exception de quelques cibles potentielles.

Le nombre de militaires utilisés pour des missions de surveillance et de patrouilles est donc maintenu à 550 actuellement et certainement jusqu’au 2 février. Ce chiffre tient compte de la capacité de réserve de militaires qui pourraient être immédiatement opérationnels.