Qui sont les deux veuves de djihadistes que l’Etat belge doit rapatrier ?

Elles s’appellent Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal, elles ont respectivement 26 et 25 ans et sont originaires de Borgerhout (Anvers). Mercredi dernier, un juge des référés de Bruxelles a décidé de contraindre l'Etat belge à procéder au rapatriement des deux femmes et de leurs six enfants, malgré le parcours des deux veuves de djihadistes au sein de l’organisation terroriste Etat islamique. Ce dimanche, la ministre en charge de l’Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD), a annoncé que le gouvernement allait faire appel de cette décision.

Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal sont parties en 2013 d’Anvers pour rejoindre la Syrie, chacune en compagnie de son époux et de son enfant. Wielands était alors mariée à Noureddine Abouallal, le frère de son amie Bouchra. Cette dernière était pour sa part mariée à Said El Morabit. Les deux hommes étaient membres du groupe terroriste Sharia4Belgium.

En Syrie, ils ont combattu dans les rangs de Majlis Shura Al-Bujahedin. En 2015, les deux combattants ont été condamnés par contumace à 15 ans de prison pour le premier, et 5 ans pour le second. A la mort des deux hommes, Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal étaient toutes deux enceintes. Bouchra avait par ailleurs été blessée par une grenade.  

Premier retour en Belgique

En 2014, les deux femmes rentrent en Belgique avec leur premier enfant, et avec l’aide des autorités belges. Elles accouchent alors chacune d'un deuxième enfant, mais restent proches du milieu de l’islamisme radical, et gardent notamment contact avec d’autres veuves de djihadistes belges. Elles ne cachent pas non plus leur volonté de retourner en Syrie, et attribuent à leurs nouveau-nés des prénoms faisant référence au djihad.

Durant l’été 2015, Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal retournent en Syrie, chacune avec ses deux enfants, pour rejoindre une nouvelle fois le territoire de l’Etat islamique. Sur place, elles tombent chacune à nouveau enceinte d’un troisième enfant.

Depuis la Syrie, Bouchra publiera sur sa page Facebook : "Votre système a failli, oh Etat Belge. Vous nous avez gardées à l’œil 24/7, et vous n’êtes pas parvenus à nous retenir… Nous sommes parties en Syrie car nous croyons que c’est un devoir pour chaque musulman. Vous n’avez fait que nous donner le dernier coup de pouce pour le faire".

Condamnées par contumace

En novembre 2018, le tribunal d’Anvers a condamné par contumace les deux femmes à 5 années de réclusion. "Le fait qu’elles soient sciemment reparties en Syrie pour y vivre dans un territoire contrôlé par l’EI prouve suffisamment qu’elles se rangent derrière cette doctrine abominable et qu’elles désirent s’investir activement en faveur de ce groupe terroriste", a jugé le tribunal. "Elles sont clairement reparties pour se marier à nouveau avec un combattant islamiste. D’après leurs propres interrogatoires, elles étaient au courant des atrocités commises par l’EI… Elles se sont rangées derrière cette doctrine, et forment dès lors un danger pour notre société. Elles s’attaquent aux valeurs fondamentales de notre société", a précisé le tribunal d’Anvers.

Moins d’un mois et demi après ce jugement, la décision en référé de Bruxelles de contraindre les autorités belges à rapatrier les deux femmes en compagnie de leurs six enfants est remarquable, d’autant plus que la demande originale était de permettre uniquement aux jeunes mineurs de rentrer en Belgique.

Interview avec le reporter Rudi Vranckx

Dans le cadre de la série documentaire "Voor de Zonden van de vaders" (Pour les péchés des pères), le reporter de la VRT, Rudi Vranckx, avait rencontré Tatiana Wielandt, Bouchra Abouallal et leurs enfants. Il avait pu longuement interviewer les deux femmes.

Les trois épisodes, diffusés par Canvas (VRT), sont disponibles avec sous-titrage en français sur le site de Flandreinfo.be via les liens suivants:

- "Pour les péchés des pères": sur les traces des enfants de djihadistes belges

- "Pour les péchés des pères" -  épisode 2 (vostfr)

- "Pour les péchés des pères" - épisode 3 (vostfr)