Un Nouvel An mouvementé pour les services de l’ordre bruxellois

La police a été mobilisée, dans la nuit du réveillon du Nouvel an, pour 741 interventions - contre 300 à 400 lors d'une nuit normale - sur le territoire de la zone de Bruxelles-Ixelles (comprenant Bruxelles, Laeken, Haren, Neder-over-Heembeek et Ixelles). C’est ce qu’a indiqué ce mardi matin Olivier Slosse, porte-parole de la police locale. Les agents des forces de l'ordre ont procédé à 26 arrestations administratives et 11 arrestations judiciaires. Sept véhicules ont été dégradés en rue, et les pompiers bruxellois sont intervenus 83 fois à la Saint-Sylvestre.
Une bagarre au couteau a entrainé la mort d’un jeune homme, poignardé à Schaerbeek.

La police de la zone Bruxelles-Ixelles estime la situation comparable à l'année passée, étant donné que la police avait alors comptabilisé 23 arrestations administratives et 14 judiciaires.

Au total, sept véhicules ont été incendiés sur le territoire de la zone, à savoir un scooter rue de la Crèche à Ixelles, un camion rue Masui et cinq voitures sur l'avenue de la Couronne, sur la chaussée d'Anvers, rue Blaes, quai du Commerce et rue de Soignies.

Un grand nombre d'interventions concernaient des jets de pétards et des feux d'artifice. L'usage horizontal de ces derniers en direction de maisons, voitures, personnes et agents de police a causé des troubles et des dégradations. Des poubelles, des containers et des palettes ont également été incendiés. La police n'a pas eu connaissance de blessés graves parmi le public. Aucun blessé n'a été signalé parmi le personnel des services de secours. Aucune des interventions du Siamu (Service d'incendie et d'aide médicale urgente) n'a été empêchée sur le territoire de la zone.

Autour du feu d'artifices organisé devant 50.000 personnes à l'Atomium, 14 personnes ont dû être transportées à l'hôpital et 20 ont reçu des soins sur place dans les postes de secours. La police estime, au final, que 5.000 personnes ont fêté le Nouvel an sur la Grand-Place. Il n'y a pas eu d'incident.

Les pompiers ont géré de nombreux incidents sur la voie publique

Au niveau du bilan du Siamu (Service d’incendie et d’aide médicale urgente) pour l'ensemble de la région, le porte-parole Olivier Slosse précise que sur les 83 interventions des pompiers (entre 20h et 7h du matin dans la nuit de lundi à mardi), 52 concernaient des objets et poubelles en feu et 14 des véhicules incendiés. Dans le quartier, une pharmacie a été pillée, des abribus saccagés et de l'éclairage urbain détruit.

De plus, 248 interventions ambulance ont été comptabilisées, contre une centaine en temps normal. Parmi celles-ci, 95 concernaient des malades et blessés en des lieux publics. Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles, relève que trois équipes de pompiers ont été victimes d'agressions verbales et physiques, liées notamment à des jets de feux d'artifice et de pierres.

Ils ont dû quitter les lieux d'intervention pour attendre la sécurisation par les services d'ordre. Des plaintes concernant ces faits seront également déposées afin de poursuivre les auteurs des faits.
 

Un mort au cours d’une bagarre à Schaerbeek

Une personne est décédée après avoir reçu deux coups de couteau au milieu d'une bagarre qui a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, place Liedts à Schaerbeek. C’est ce qu’a indiqué mardi matin Gilles Dejemeppe, porte-parole du parquet de Bruxelles.

La bagarre a éclaté vers 3h du matin entre deux groupes de personnes. La victime a reçu deux coups de couteau, dont un s'est avéré mortel. Elle a été transportée à l'hôpital. Elle est décédée dans l'établissement de soins vers 4h du matin. La victime est un jeune homme. Ce dernier n'a pas encore été identifié. Une autopsie a été demandée. Elle aura lieu mercredi.

Le parquet de Bruxelles a requis un juge d'instruction sous le chef de meurtre. Le procureur et la police judiciaire fédérale sont descendus sur les lieux. Aucun suspect n'a pour l'instant pu être interpellé. L'enquête va être poursuivie par la police locale étant donné que les auteurs pourraient être des personnes qui fréquentent le quartier régulièrement.

"C'est probablement lié à une problématique locale, non identifiée à ce stade", explique Gilles Dejemeppe. "Cette bagarre peut être liée à des gens du quartier qui faisaient la fête place Liedts, mais ça peut être aussi une affaire de stupéfiants, un problème d'alcool... A ce stade, aucune hypothèse n'est privilégiée"

fotografie peter Hilz (C)

Les plus consultés