BELGA/WAEM

Un investissement de 2,7 milliards d'euros pour le port anversois ?

Le groupe chimique britannique Ineos serait sur le point d'investir 2,7 milliards d'euros dans deux usines installées dans le port d'Anvers (photo). Il réaliserait ainsi le plus important investissement depuis 20 ans dans la chimie européenne, rapportent les quotidiens financiers De Tijd et L'Echo ce samedi. Le nouvel échevin du Port, Annick De Ridder, a confirmé à l’agence Belga que des "discussions approfondies et positives sont en cours avec Ineos". Des centaines de nouveaux emplois seraient à le clef.

Les principaux obstacles dans le dossier semblent désormais avoir été levés même si des discussions sont toujours en cours avec la régie portuaire quant au réaménagement des terrains en concession.

Le fer de lance de l'investissement sur la rive droite de l'Escaut est la construction d'un craqueur, un investissement de 1,7 milliard pour une installation destinée à convertir du gaz éthane en éthylène, une des principales matières de base dans le secteur chimique. Ce serait la première fois en vingt ans qu'un craqueur serait construit sur le continent européen.

L'investissement permettrait la création de 500 nouveaux emplois. Pendant la phase de construction - qui devrait prendre quatre à cinq ans -, le chantier pourrait impliquer jusqu'à 3.000 personnes.

Il s'agit du plus grand investissement dans de nouvelles usines de l'histoire d'Ineos. Ce méga-investissement permet également à Anvers, qui abrite le plus grand cluster chimique au monde, après Houston, de retrouver une place prépondérante sur la carte mondiale de la chimie et de consolider l'ancrage du secteur.

Les plus consultés