La Flandre manque cruellement d’enseignants

Si l’on en croit les chiffres obtenus par VTM Nieuws, il y aurait actuellement en Flandre 1.500 postes d’enseignants vacants, plus précisément 453 places dans le primaire et 971 dans les écoles secondaires néerlandophones. C’est deux fois plus que l’an dernier à la même époque. La ministre régionale de l’Enseignement Hilde Crevits compte lancer cette année encore une campagne pour encourager de nouvelles vocations.

Avec 1.500 places vacantes dans les écoles de Flandre, de nombreux enseignants devront remplacer des collègues pendant le deuxième trimestre et il est probable que certaines classes doivent être rassemblées (pour certains cours) pour pallier à l’absence de profs. Actuellement, les offres d’emplois sont nombreuses sur le marché, ce qui encourage un certain nombre d’enseignants à opter plutôt pour un emploi dans le secteur privé que dans une école.

Le phénomène n'est pourtant pas neuf et devrait encore s'accentuer dans les années à venir. Ainsi, d'ici 2024, la Flandre devra vraisemblablement trouver chaque année entre 5.000 et 7.000 enseignants supplémentaires.

Lieven Boeve (photo archives), directeur-général de l’Enseignement catholique en Flandre, voit plusieurs explications à la pénurie criante d’enseignants et au nombre important de postes vacants. "Il y a davantage d’élèves, qui ont donc besoin de plus de profs. D’autre part, les formations d’enseignants sont actuellement en train de stagner, ce qui a pour résultat que le nombre d’étudiants qui obtiennent un diplôme dans ce domaine n’augmente pas. Et puis l’économie se porte mieux, ce qui veut dire qu’il y a beaucoup d’opportunités de travail en dehors de l’enseignement", indiquait Boeve à VTM Nieuws.
 

Vers une campagne de promotion

Face à ce défi, la ministre flamande de l'Enseignement Hilde Crevits (CD&V) lancera, cette année encore, une campagne pour vanter les bons côtés de la profession afin d'encourager les nouvelles vocations. "Il doit y avoir suffisamment d’enseignants qui sont prêts à donner cours et qui le font avec plaisir. Heureusement, il y a encore beaucoup d’étudiants qui terminent leur formation d’enseignant, mais il est vrai qu’il en manque dans les domaines des sciences, technologie, ingénierie et mathématiques".

"Le fait que nous ayons maintenant rendu possible - dans le cadre de la formation d’enseignant - d’opter pour une carrière dans l’enseignement dès la première année d’études à l’université, devrait stimuler davantage de jeunes à se diriger vers l’enseignement. Nous l’espérons en tous cas", indiquait Hilde Crevits (photo).