Dès 2020 des compteurs à particules détecteront les fraudes au filtre

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) et la Secrétaire d'État bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) ont présenté ce lundi les compteurs PN (Particle Number) qui seront utilisés en Belgique pour détecter la fraude au filtre à particules. Tous les centres de contrôle technique automobile devront en être équipés en 2020, afin de mesurer les particules contenues dans les gaz d'échappement.

De nombreuses voitures au diesel roulent en Belgique sans filtre à particules ou avec un filtre qui n’est plus efficace. L’organisation flamande de mobilité VAB évalue ce nombre à environ 100.000. Au niveau européen, il y aurait un million de véhicules qui ne sont pas munis d’un filtre efficace.

Ce laxisme ou cette fraude sont souvent délibérés, estiment les spécialistes. Les conducteurs risquent en effet peu à l’heure actuelle de se faire sanctionner, étant donné que les méthodes de contrôle existantes permettent mal de détecter l’absence d’un filtre. C’est la raison pour laquelle les Régions flamande, wallonne et de Bruxelles-Capitale ont chargé le Groupement des entreprises agréées de contrôle automobile et du permis de conduire (GOCA) de chercher une méthode fiable de mesure.

Le GOCA a procédé à une vaste enquête avant de choisir un système. Du 1er juillet au 31 décembre derniers, différentes technologies ont été testées en conditions réelles. Les trois Régions du pays doivent désormais mettre en place un cadre législatif pour une nouvelle mesure des émissions, afin que le compteur soit opérationnel en 2020 dans les 78 centres de contrôle belges.

Une première en Europe

Le GOCA doit lui établir un cahier des charges pour l'utilisation du dispositif, notamment les procédures de maintenance et d'étalonnage. Les entreprises agréées pour le contrôle des véhicules investiront ensuite dans l'achat de dispositifs conformes.

"Nous sommes les premiers en Europe à introduire ces tests avancés et nous sommes donc des pionniers au niveau international dans la lutte contre la fraude au filtre à particules", a commenté ce lundi le ministre flamand à la Mobilité, Ben Weyts. "C'est la fin de l'impunité."

Les tests avec le compteur PN seront menés sur les Euroclasses 5 et 6, qui échappent aux contrôles actuels en cas de fraude. "Nous devons agir avec force car les voitures sans filtre sont jusqu'à 80 fois plus polluantes", ajoute la Secrétaire d'État bruxelloise Bianca Debaets. "Les particules fines causent par ailleurs la mort de 2.500 Belges chaque année."

Les véhicules dont le filtre à particules n'est pas en règle recevront dès 2020 "une carte rouge au contrôle technique", grâce à la nouvelle technologie, précise Bianca Debaets (photo archives).