“Lorsque vous devez faire 20 passes par jour, vous en gardez les traces toute votre vie"

Elles ont à peine 13 ou 14 ans et sont poussées à se prostituer par leurs proxénètes, qui sont souvent eux aussi des adolescents. Le phénomène des "loverboys" est apparu il y a environ trois ans et ce n'est qu'aujourd'hui qu'on commence à en parler et qu'on découvre les ravages sur les jeunes filles. Dans l'émission "Terzake", deux victimes de ces loverboys ont témoigné des abus qui les ont marqués à vie. Ce témoignage intervient après la polémique provoquée par le clip "Amigo" du rappeur anversois Soufiane Eddyani dans lequel il défend son ami Moreno, de son vrai nom Bilal Azzouzi incarcéré depuis 2016 pour proxénétisme de mineures.  

Angelina avait 13 ans quand elle a dû s'enfuir de la maison. Elle est entrée en contact avec des hommes qui l'ont attirée avec de la drogue. "Un jour, l'un d'entre eux m'a emmenée chez lui après l'école", a-t-elle témoigné. "Il a tenu une arme contre ma tempe. Soit je devais travailler pour lui, soit il me tirait dessus. J'ai dû choisir. Et c'est ainsi que j'ai commencé à travailler".

7 jours sur 7 elles devaient avoir des rapports sexuels avec des clients. Elle n’avait alors que 14 ans. "Je faisais plus de 20 passes par jour. Je pouvais à peine supporter la douleur. Tout ce que vous pouvez imaginer, ils me l’ont fait. Combien de fois n’ai-je pas dit que je ne pouvais plus le supporter. Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai reçu comme gifles pour avoir dit ça".

Elle a finalement été libérée lors d’une intervention de la police. "Je pleurais de joie", dit-elle. "Enfin, plus aucun homme sale ne me touchera". Après l'interrogatoire et l'enquête, elle a été placée dans une institution pour jeunes jusqu'à l'âge de 18 ans. Mais à son anniversaire on lui a dit : "Joyeux anniversaire, on ne peut rien faire de plus pour toi. Prends tes affaires et va-t'en".

Tout ce que vous pouvez imaginer, ils me l’ont fait.

Stefanie a aussi été la victime d'un jeune proxénète. "Si vous avez 20 clients par jour, vous en garderez les traces toute votre vie", dit-elle. "J’ai fais de mon mieux pour me remettre sur les rails. Juste pour pouvoir être heureuse".

Angelina et Stefanie ont finalement été prises en charge par Saskia Van Nieuwenhove qui a créé la vzw "Nest" (Le Nid). En l'absence d'autres solution d'hébergement, elle s'occupe d'un certain nombre de filles comme Angelina et Stefanie chez elle. "Les filles font des progrès rapides avec moi," affirme Saskia Van Nieuwenhove.

Avec elle, elles peuvent essayer de se reconstruire. Selon Saskia Van Nieuwenhove, on trouve toujours des mineurs sur certains sites internet de rencontres à caractère sexuel. "Ce sont toujours les mêmes sites : "Afspraakjes.com" et "Redlights.be". On y trouve des filles mineures, c'est certain. La description dira probablement qu'elles ont 18 ans, mais j'estime qu'il devrait y avoir un mécanisme de contrôle pour vérifier si le corps qu'on montre sur ces sites appartient vraiment à une adulte".