BELGA/BOGAERTS

Attentats de Bruxelles: les rapports d’autopsie des victimes dérobés au parquet, le voleur est un ancien djihadiste

Un homme est parvenu à dérober les rapports d'autopsie des victimes des attentats terroristes du 22 mars 2016 la semaine dernière dans le bâtiment du parquet de Bruxelles. L’information a été dévoilée par VTM Nieuws. Le vol a eu lieu dans le bureau d’un médecin légiste, et n’aurait, selon le parquet, aucune conséquence pour l’enquête. Un suspect a été interpellé et placé sous mandat d'arrêt. Il s’agit d’un individu ayant combattu en Syrie.

Le parquet lui-même a confirmé qu'un disque dur externe avait été volé dans le bureau d'un médecin légiste. Les faits se sont déroulés la semaine dernière au sein de la structure qui abrite le parquet de Bruxelles, le bâtiment Portalis, où les bureaux des médecins légistes se situent au rez-de chaussée.

Sur le disque dur se trouvaient notamment les rapports d'autopsie des victimes des attentats de Bruxelles. Un suspect de 27 ans a été interpellé et placé sous mandat d'arrêt. Bien que l'individu nie toute implication dans le vol, il devra comparaître mercredi devant la chambre du conseil.

D'après des sources judiciaires, l'auteur des faits ne s'est pas emparé que d'un disque dur, mais également d'autres éléments, comme un dictaphone. Il ne s'agirait dès lors pas d'un vol ciblé sur les rapports d'autopsie. Les objets dérobés n'ont toutefois pas encore pu être retrouvés.

Ex-djihadiste

D’après les dernières informations, l'homme qui a volé les rapports d'autopsie a été combattant en Syrie. Le voleur serait Iliass Khayari, identifié comme un ancien combattant de Syrie, ressort-il de l'audience d'après une source bien informée. Il a été condamné à 5 ans de prison en 2016, dont la moitié avec sursis. L'individu a affirmé qu'il avait décapité un homme en Syrie, mais il n'a pas été poursuivi en justice pour cela. Le suspect n’aurait toutefois aucun lien avec les attentats du 22 mars ou les victimes.

"Aucune conséquence pour l’enquête"

Le parquet fédéral a indiqué regretter que les victimes des attentats du 22 mars 2016 aient appris le vol des rapports d'autopsie par la presse. "Nous aurions aimé les informer d'abord, mais le média en question ne s'est pas posé la question", a souligné le porte-parole Eric Van Duyse.

Toujours selon le parquet fédéral, le vol du disque dur n'aurait aucune conséquence pour l'enquête sur les attentats elle-même, une version papier des rapports d'autopsie étant attachée au dossier.