Visas humanitaires : Le gouvernement fédéral et Theo Francken se constituent partie civile

Le gouvernement fédéral se constitue partie civile dans l’enquête sur le conseiller communal malinois Melikan Kucam (N-VA) suspecté de s’être enrichi grâce à un trafic de visas humanitaires. L'ex-secrétaire d'Etat Theo Francken (N-VA) se constitue également partie civile.

L'ex-secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) a également décidé de se constituer partie civile dans le cadre de l'enquête ouverte sur un supposé trafic de visas humanitaires, a indiqué mercredi son porte-parole. Maggie De Block, qui lui a succédé à ce poste a annoncé auparavant avoir fait de même. Motif invoqué par M. Francken: la gravité des faits supposés et un abus de confiance.

Cette annonce fait suite à l'arrestation mardi d'un conseiller communal N-VA, Melikan Kucam, suspecté d'avoir reçu d'importantes sommes d'argent pour permettre à des habitants de zones de conflit en Syrie, en Irak ainsi que dans des pays frontaliers de voyager en Belgique avec un visa humanitaire. Au moment des faits, Theo Francken était secrétaire d'Etat fédéral à l'Asile et à la Migration. Une enquête pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, corruption passive et extorsion, est actuellement menée par la police judiciaire fédérale, a précisé mardi le parquet anversois.

Ce dernier a également indiqué qu'il n'y avait pour l'heure aucune preuve d'une quelconque implication du cabinet de Theo Francken (N-VA), le précédent détenteur du portefeuille de l'Asile et de la Migration, dans cette affaire. 

Mardi soir, Melikan Kucam, conseiller communal malinois a été mis en cause pour avoir vendu des visas humanitaires à des chrétiens d’Irak et de Syrie. Cela lui aurait rapporté beaucoup d'argent, jusqu'à 10 000 euros par visa. Le parquet d'Anvers a ouvert une enquête alors que le reportage "Pano" de la VRT enquêtait sur cette affaire. Melikan Kucam est à présent soupçonné de traite des êtres humains, d'extorsion, de corruption et de participation à une organisation criminelle.

Depuis, la N-VA a suspendu le conseiller communal de ses fonctions.
Avant la tenue d'un conseil des ministres extraordinaire consacré au Brexit. ce mercredi matin, le porte-parole du Premier-ministre Charles Michel a déclaré le gouvernement fédéral se constituait partie civile dans cette enquête. Grâce à cela le gouvernement pourra consulter le dossier.